Sinusite chronique: un centre pour des soins plus efficaces à Québec

Un centre médical unique au Canada, regroupant quatre oto-rhino-laryngologistes (ORL) spécialisés en rhinosinusologie, vient d'être mis en place à l'hôpital du Saint-Sacrement. Ces nouvelles installations, équipées d'un équipement dernier cri, permettront d'offrir des soins plus efficaces aux patients atteints de problèmes d'obstruction nasale, qui se traduisent le plus souvent sous forme de sinusite chronique.
Le Centre de rhinosinusologie du CHU Québec-Université Laval, son nom officiel, est ouvert depuis juin, mais c'est mardi que les gestionnaires en ont fait l'inauguration officielle, en présence des journalistes. Pour le Dr Simon Gagnon, chef des services d'ORL à l'hôpital Saint-Sacrement et de L'Enfant-Jésus, cette mise en commun de services «sous un même toit» ne pourra qu'être profitable pour la qualité de soins.
«Le regroupement des surspécialités en ORL permettra de recevoir plus de patients et d'être plus efficace, en plus de nous donner accès à des équipements de pointe, ce qui n'était pas le cas auparavant. C'est un avantage indéniable pour le patient», explique le Dr Gagnon, lors de la visite des lieux.
Deux salles d'opération intégrant différentes technologies permettront entre autres de procéder «plus facilement à certaines chirurgies complexes». «Trois ORL peuvent travailler en même temps et circuler d'une salle à l'autre, tout en maintenant la confidentialité des patients», ajoute le Dr Gagnon.
À cet égard, la sophistication des équipements, moins invasifs, permettra une récupération plus rapide du patient. Certaines chirurgies endoscopiques pourront dorénavant être pratiquées en clinique externe, sous anesthésie locale, plutôt qu'en bloc opératoire. Au lieu d'être en arrêt de travail pendant deux semaines, le patient pourra reprendre ses activités le lendemain de l'opération.
5 à 10 % de la population affectée
Les sinusites chroniques affectent entrent 5 et 10% de la population en Amérique du Nord, voire jusqu'à 20%, estime le Dr Gagnon. «Ce sont des gens qui ont le nez obstrué presque à longueur d'année», poursuit son collègue, le Dr Pierre Boisvert, premier rhinosinusologue au Québec et «acteur de premier plan» dans la mise en place du centre. «Ils font des sinusites à répétition, dorment mal, ne sont pas efficaces au travail.»
Selon le Dr Boisvert, cette pathologie entraîne autant d'impact sur la qualité de vie que peut le faire l'arthrite rhumatoïde. «C'est très incapacitant.»
Le mal n'est pas en déclin, au contraire, déplore le Dr Gagnon. «Il y a sûrement des facteurs environnementaux en cause. Un nez, ça sert à chauffer, filtrer et humidifier l'air. Donc, si on parle d'un filtre et que l'air est plus pollué, il y a davantage de problèmes de sinus.»
Le Centre de rhinosinusologie loge dans les anciens locaux du département d'ophtalmologie, dans une aile à l'arrière de l'édifice du chemin Sainte-Foy.