Shannon: huit types de cancer sur le radar de la Santé publique

La Direction régionale de santé publique de Québec (DRSP) ne s'intéresse pas seulement aux cancers du cerveau recensés à Shannon et sur les propriétés de la Défense nationale de Valcartier. Pour l'instant, sept autres variantes de la maladie sont sur le radar.
«Le signalement porte sur les cancers du cerveau, mais d'autres types de cancers seront également analysés», indique une agente de communication, Marianne Potvin. «La DRSP a un portrait global de la situation.»
Les experts internationaux réunis par la Santé publique concentrent leur attention sur le cancer du cerveau, affection qui sera au coeur du rapport attendu dans un an. Pourquoi ne pas confier à ce comité l'étude de tous les types de cancer observés à Shannon? Le directeur régional de santé publique, le Dr François Desbiens, a décliné notre demande d'entrevue à ce sujet.
Dans une lettre portant sa signature, dont nous avons copie, il précise néanmoins ce que cherchent ses troupes. «Notre analyse portera sur les cas de cancer du cerveau. De plus, considérant que nous faisons un suivi particulier de certains autres types de cancer depuis le début de notre implication dans le dossier, nous désirons inclure les tumeurs suivantes dans notre analyse : les cancers du rein, du foie et du col de l'utérus, ainsi que les cas de myélome multiple, de lymphomes non hodgkiniens, de leucémie et de maladie de Hodgkin.»
Dans une autre lettre, émanant des avocats du Dr Desbiens cette fois, on est aussi explicite : «[...] Cette étude d'agrégat portera minimalement, outre sur le cancer du cerveau, sur sept (7) autres cancers que la DSP suit depuis son implication dans le dossier de Shannon [...]. De plus, il n'est pas impossible qu'au cours de la tenue de l'étude d'agrégat, les responsables de la [Santé publique] puissent considérer d'autres types de cancers en fonction des données recueillies.»
L'objectif de cette recension n'est pas de prouver la cause des cancers. Il s'agit seulement de vérifier s'il y a plus de cancers à Shannon qu'ailleurs au Québec.
Le comité-conseil est composé de huit scientifiques spécialisés en santé publique, en neurologie, en écotoxicologie, en toxicologie, en épidémiologie et en oncologie. Un vient de la Colombie-Britannique, une de la France, plusieurs du Québec. Les Centers for Disease Control and Prevention états-uniens sont également dans le coup. Ces experts aiguillent l'équipe de la DRSP, qui doit compiler toutes les données sur les cancers à Shannon et à Valcartier pour ensuite trouver un moyen d'évaluer s'il y a un surnombre. Leur mandat est donc d'approuver les méthodes de travail et les analyses afin de garantir leur validité scientifique.
Depuis 2011, la Santé publique a en main quelque 489 dossiers médicaux transmis par les citoyens de Shannon. Il s'agirait tous de cas de cancer.