Le député de Rivière-du-Loup-Témiscouata, Jean D'Amour, est intervenu auprès de la présidente-directrice générale du CISSS du Bas-Saint-Laurent pour que des services d'hémodialyse soient dispensés au Centre hospitalier régional du Grand-Portage de Rivière-du-Loup.

Rivière-du-Loup aura son service d'hémodialyse

Des services d'hémodialyse seront bientôt dispensés au Centre hospitalier régional du Grand-Portage de Rivière-du-Loup. Le bureau de circonscription du député de Rivière-du-Loup-Témiscouata, Jean D'Amour, a confirmé au Soleil que l'annonce officielle est imminente. Elle sera faite par le ministre de la Santé et des Services sociaux, Gaétan Barrette.
Dans le Bas-Saint-Laurent, seul l'hôpital de Rimouski offre les services d'hémodialyse. Le plus proche en direction est se situe à plus de 400 km de distance, soit à Chandler, en Gaspésie. En ajoutant Rivière-du-Loup, ces nouveaux services d'hémodialyse seront disponibles à une heure et quart de route à l'ouest de Rimouski. 
Or, pendant qu'une dizaine de patients de la Matanie, de la Matapédia et de la Haute-Gaspésie doivent, pour certains, parcourir des centaines de kilomètres par semaine afin de recevoir leurs traitements d'hémodialyse à Rimouski, la question qui se pose est la suivante : pourquoi Rivière-du-Loup et non Matane, qui relève également du Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) du Bas-Saint-Laurent et qui fait aussi partie de la région pour laquelle M. D'Amour est le ministre responsable? «Le ministre a travaillé extrêmement fort dans son comté pour obtenir le service d'hémodialyse, nous a répondu son attaché politique, Marc Lapointe. C'est aux autres députés à faire leur travail pour obtenir la même chose dans leur comté. M. D'Amour n'est pas le ministre de la Santé!» 
M. Lapointe n'a pas donné suite à notre demande d'entrevue auprès du ministre D'Amour. «Il ne commentera pas le dossier avant l'annonce officielle», a-t-il justifié.
Le CISSS en attente
Le CISSS du Bas-Saint-Laurent a aussi décliné notre demande d'entrevue. «Le CISSS est toujours en attente d'une annonce officielle du ministère de la Santé et des Services sociaux concernant les services d'hémodialyse à Rivière-du-Loup, a fait savoir la conseillère aux relations avec les médias, Lise Chabot. Nous préférons donc attendre cette annonce avant d'accorder des entrevues sur le sujet.»
Dans une lettre envoyée au Ministère en mars 2015 et dont Le Soleil a obtenu copie, la présidente-directrice générale du CISSS se montre nettement favorable à l'installation d'une unité satellite d'hémodialyse à Rivière-du-Loup. Par ailleurs, Isabelle Malo fait référence aux engagements politiques libéraux. «Nous aimerions vous informer que ce projet a fait l'objet de positionnements fermes et d'une volonté clairement exprimée en faveur de celui-ci de la part des députés de ces territoires (Kamouraska-Rivière-du-Loup-Témiscouata-Les Basques) et même du ministre de la Santé et des Services sociaux, notamment lors des campagnes électorales de 2012 et 2014», écrit Mme Malo. 
Pression du politique
Dans une entrevue accordée à la station CIEL-FM de Rivière-du-Loup en novembre 2015, Jean D'Amour confirme être intervenu dans ce dossier auprès d'Isabelle Malo du CISSS. «Il y a un certain nombre de mois, même d'années, je mettais de la pression sur ce dossier-là, affirme-t-il. Heureusement que le politique est là, parfois, pour mettre un peu de pression sur l'administratif. Ce dossier-là, ça me chagrine, de la façon dont ça a cheminé.»
Un an plus tard, la pdg du CISSS est revenue à la charge auprès du ministère de la Santé. «Cette attente de la population à l'endroit de notre réseau est fortement appuyée par notre député-ministre, M. Jean D'Amour, peut-on lire dans une autre lettre dont Le Soleil a aussi obtenu copie.
Mme Malo évalue les frais d'immobilisation pour ce service à 4 millions $ et les frais récurrents de fonctionnement annuel à 572 000 $. Ces frais ne figurent toutefois pas dans les prévisions budgétaires présentées le 15 juin devant le conseil d'administration de l'organisme à Saint-Pascal-de-Kamouraska.