Résidence pour personnes âgées à Vallée-Jonction: les proprios exposés à des amendes

Un mois après avoir perdu leur certification, les propriétaires des Résidences de la Vallée de Vallée-Jonction s'exposent maintenant à des amendes s'ils continuent à exploiter cette résidence pour personnes âgées.
«Les exploitants ont reçu une lettre leur indiquant que nous n'avions pas l'intention de rétablir leur certification», a révélé au Soleil André Lavoie, directeur des services sociaux et communautaires à l'Agence de la santé et des services sociaux de Chaudière-Appalaches, qui considère le dossier comme préoccupant.
M. Lavoie a expliqué que le plan de redressement fourni par les propriétaires Serge Bouchard et Sophie Beaudoin n'était pas satisfaisant. «Il y a aussi les récents événements qui ont pesé dans la balance», a-t-il ajouté, faisant référence à la fugue d'un octogénaire, qui avait été retrouvé à l'extérieur par un froid de - 22 °C les pieds et les mains couverts d'engelures.
Sans permis
Même si aucun des quelque 33 bénéficiaires de l'établissement n'a demandé pour l'instant à être relocalisé, l'Agence pourra tout de même imposer des amendes aux propriétaires s'ils continuent leurs opérations sans permis.
«Nous ne pouvons pas forcer les résidants à quitter mais oui, les propriétaires sont en infrac-tion s'ils continuent à opérer. Nous pouvons émettre des amendes que les propriétaires pourront contester devant le Tribunal administratif du Québec et c'est vraisemblablement vers ça qu'on se dirige», a affirmé M. Lavoie.
Ajoutant que l'Agence effectuait un suivi régulier des Résidences de la Vallée, M. Lavoie a également rencontré hier la fille de l'octogénaire qui s'était retrouvé à l'extérieur par un froid mordant, vêtu uniquement de ses bas et de vêtements légers. L'homme est toujours hospitalisé en raison de ses blessures.
Surprise
Hier, la copropriétaire de la résidence, Sophie Beaudoin, s'est dite surprise de la décision de l'Agence.
«Je n'étais même pas au courant, je n'ai pas reçu leur lettre et on avait eu de beaux rapports durant les cinq jours où l'Agence nous avait mis sous surveillance 24 heures sur 24. Et je serais très surprise d'avoir des amendes car, à ma connaissance, il n'y a pas eu d'amende depuis que la certification existe», conclut celle qui gère les Résidences de la Vallée depuis trois ans.