Michel Delamarre, pdg du CIUSSS de la Capitale-Nationale

Réforme Barrette: 80 cadres à la retraite à Québec

Pas moins de 80 cadres de la santé dans la région de Québec sont partis pour la retraite le 1er avril dernier ou le feront au cours des prochaines semaines en raison de la réforme Barrette.
Cette donnée a été obtenue par le nouveau Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux (CIUSSS) de la Capitale-Nationale. La nouvelle structure est née de la fusion de l'Agence de la santé, de trois centres de réadaptation, de quatre centres de santé et de services sociaux, de deux instituts et du Centre jeunesse de Québec.
Curieusement, ces départs à la retraite pourraient obliger le CIUSSS à embaucher de nouveaux cadres. Avec la fusion, l'objectif était de réduire de 675 à 639, soit de 36, le nombre de cadres administratifs. 
Selon le président-directeur général du Centre intégré, Michel Delamarre, il est possible que des cadres en surplus au CHU de Québec et à l'Institut universitaire de cardiologie et de pneumologie et aussi d'autres régions pourvoient les postes vacants au CIUSSS de la Capitale-Nationale.
De façon plus détaillée, le nombre de postes de cadres supérieurs sera réduit de presque de la moitié, soit de 116 à 60. C'est donc dire que les cadres intermédiaires ou de proximité seront un peu plus nombreux étant donné qu'il y aura 56 cadres supérieurs de moins et que le nombre de postes à supprimer est de 36.
D'ici la fin du mois de mai, M. Delamarre entend nommer ceux et celles qui occuperont 16 postes de directeur au Centre intégré. Dernièrement, les personnes pour occuper les postes de pdg adjoint, de directeur des finances et de directeur des ressources humaines ont été choisies.
En plus d'une réduction du nombre de cadres, des abolitions de postes sont aussi à prévoir parmi les employés syndiqués dans les services administratifs, particulièrement dans les services de la paye et des ressources humaines.
Selon M. Delamarre, les économies qui seront réalisées du côté administratif permettront d'absorber, du moins en partie, les compressions qui devront être faites en raison de la faible hausse du budget de la Santé cette année. Pour le moment, il n'a pu quantifier l'ampleur des économies qui seront réalisées. Par ailleurs, il s'est fait rassurant quant à la continuité des services à la population. Malgré le changement de structure et les abolitions de postes, les services sont maintenus, a dit l'ex-directeur général de l'Institut universitaire de cardiologie et de pneumologie de Québec.
«Nous avons une bonne base avec les services qui sont donnés. On ne fera pas tomber ce qui va bien. Nous sommes très sensibles à ce qu'il y ait une continuité des services sur tout le territoire. On ne veut pas tout ramasser à Québec», a affirmé le petit-fils de Victor Delamarre. 
Le CIUSSS de la Capitale-Nationale compte plus de 15 000 employés. Deux mille employés s'ajouteront avec les services de santé mentale dispensés dans les établissements du CHU de Québec et relèveront du Centre intégré. Le budget annuel du CIUSSS dépassera 1 milliard $.