Santé Canada a proposé des règles sur le cannabis comestible en décembre 2018 et demandait au public de lui faire part de ses commentaires.

Recommandations sur les produits comestibles à base de marijuana

Les produits comestibles à base de marijuana qui seront en vente légale plus tard cette année doivent inclure un avertissement sur le déclenchement à retardement des effets psychoactifs, recommande Santé publique Ottawa.

Il s’agit là d’une des nombreuses recommandations qu’ont récemment acheminé les autorités de la santé publique de la Ville d’Ottawa à Santé Canada. Le document a été déposé lundi à la réunion mensuelle du Conseil de santé d’Ottawa.

Santé Canada a proposé des règles sur le cannabis comestible en décembre 2018 et demandait au public de lui faire part de ses commentaires.

« Lorsque le cannabis est ingéré, les effets psychoactifs peuvent être retardés de 30 minutes ou plus. Ce délai peut entraîner des consommateurs à ingérer davantage de produits du cannabis qu’ils ne l’avaient prévu et causer des effets indésirables. Consommer de grandes quantités de THC peut mener à une détérioration aiguë des facultés pouvant causer des blessures ou nuire à leur sécurité », fait notamment valoir Santé publique Ottawa.

Il faut préciser que des personnes ont été hospitalisées au pays après avoir fait une surdose après avoir mangé une trop grande quantité de muffins ou brownies au pot, impatiente d’obtenir un buzz.

« Avec l’arrivée des produits comestibles, nous devons faire passer de nouveaux messages concernant les vertus et les impacts de l’ingestion des produits, a précisé la médecin en chef de la Ville d’Ottawa, la Dre Vera Etches. Il y a un message à l’endroit de la population en général où il est important que tous comprennent le fonctionnement des produits comestibles », a-t-elle ajouté, tout en soulignant l’importance de sensibiliser les jeunes de moins de 25 ans sur les effets négatifs de la consommation de marijuana sur leur comportement et leur développement.

Santé publique Ottawa recommande aussi de prohiber tout produit qui pourraient être attrayant pour les enfants, comme des suçons, et que chaque produit soit estampillé avec un symbole THC standardisé.

Les produits comestibles à base de marijuana devraient être légalisés au plus tard cet automne.

vapotage

Le vapotage gagne en popularité chez les jeunes, déplore Santé publique Ottawa. Ils sont d’ailleurs maintenant plus nombreux à consommer des produits du vapotage que du tabac, ont précisé les autorités de la santé publique de la capitale fédérale. Or, afin de contrer cette tendance, Santé publique Ottawa entend s’attaquer à cette nouvelle réalité dans le cadre de son plan d’action 2019 « Purifions l’air ! 3.0 ».

Santé publique Ottawa cherchera notamment à déconstruire la perception qu’ont la moitié des jeunes de la 9e à la 12e année à Ottawa voulant que le vapotage pose peu ou pas de risques pour la santé.

« Les risques pour la santé des cigarettes électroniques incluent des particules de matières dans la vapeur, de la nicotine et des matières toxiques. Il y a des risques de dépendance à la nicotine puisque les produits du vapotage contiennent des niveaux élevés de nicotine. Par exemple, une cartouche pour le vapotage peut contenir la même quantité de nicotine que 20 cigarettes », a expliqué Gillian Connelly, gestionnaire des Communautés saines à Santé publique Ottawa.

Les autorités de la santé publique de la Ville d’Ottawa demandent aussi au gouvernement fédéral que des mesures visant à restreindre davantage la publicité des produits de vapotage soient prises sans plus tarder.

« Les recherches démontrent que les jeunes qui vapotent sont plus enclins à essayer la cigarette », a prévenu Mme Connelly.