Richard Mayrand, premier vice-président du Groupe Jean Coutu, déplore l'intransigeance du ministre Gaétan Barrette dans les négociations avec les pharmaciens propriétaires jusqu'à maintenant.

Québec s'entend avec les pharmaciens

Les pharmaciens propriétaires ont conclu, vendredi, une entente de principe avec le ministre Gaétan Barrette, quelques heures avant l'entrée en vigueur des nouveaux actes permis aux pharmaciens en vertu de la loi 41 adoptée en 2011.
L'entente porte sur la rémunération de quatre nouveaux services sur une possibilité de sept, selon un communiqué de l'Association quévécoise des pharmaciens propriétaires (AQPP).
À compter de samedi, les pharmaciens pourront légalement prolonger une ordonnance, ajuster la dose, la quantité ou la posologie d'une ordonnance à des fins d'atteinte de cibles thérapeutiques, prescrire un médicament lorsque aucun diagnostic n'est requis et prescrire un médicament pour des conditions dont le diagnostic et le traitement sont connus.
L'entente de principe sera soumise pour approbation aux membres de l'Association lors d'une assemblée générale. Les pharmaciens propriétaires s'étaient vivement opposés à effectuer les nouveaux actes sans rémunération.
Quatre actes
L'entente de principe intervenue avec l'Association des pharmaciens prévoit que la Régie de l'assurance maladie du Québec (RAMQ) ou les assureurs privés paieront quatre actes aux pharmaciens. Dans le cas de ces nouveaux actes, les patients auront accès aux soins du pharmacien sans autre contribution qu'une franchise, lorsqu'elle est exigible par le régime public ou les assureurs privés.
En cas de rupture de stock, les pharmaciens pourront substituer un médicament par un autre. Ils auront aussi la possibilité de donner des médicaments par voie orale, topique, sous-cutanée, intradermique ou intramusculaire.
L'entente, qui a été négogiée au cours des derniers mois, prévoit aussi que les pharmaciens pourront prescrire ou interpréter des analyses de laboratoire.
L'accord avec l'AQPP, qui représente 2000 pharmaciens propriétaires, intervient après l'adoption du projet de loi 28, qui prévoyait la délégation des sept actes aux pharmaciens en officine.
Par ailleurs, l'AQPP est demeurée muette sur les coupes de 177 millions $ demandées par le ministre Barrette en novembre de l'an dernier et qui avaient mobilisé grandement les pharmaciens. Avec la Presse Canadienne