Selon la FMOQ, les médecins et la population font les frais de l'improvisation du gouvernement, qui a «beaucoup tergiversé et modifié des choses ces derniers temps», notamment quant à l'octroi de postes en urgence.

Québec s'entend avec les omnipraticiens

Le gouvernement Couillard et les médecins omnipraticiens ont convenu d'une entente de principe pour le renouvellement de leur contrat de travail.
L'annonce a été faite par communiqué vendredi matin par la Fédération des médecins omnipraticiens du Québec (FMOQ), qui a qualifié l'entente de principe de «juste et acceptable».
Les détails du document restent actuellement confidentiels. La FMOQ effectuera d'abord une tournée de ses membres pour ensuite soumettre l'entente de rémunération au vote, du 20 au 27 septembre.
L'entente précédente était échue depuis avril 2015 et les négociations avec le Conseil du Trésor étaient véritablement en cours depuis le printemps.
Plusieurs points étaient en litige. Il y avait notamment l'enjeu de la réduction de l'écart de rémunération entre les omnipraticiens et leurs collègues spécialistes.
La rémunération moyenne actuelle d'un omnipraticien avoisine les 250 000 $, tandis qu'un spécialiste gagne en moyenne plus de 400 000 $ par an.
Incidemment plus tôt cette semaine, dans un congrès médical, le ministre de la Santé, Gaétan Barrette, avait laissé entendre que le gouvernement allait s'attaquer à cet enjeu.
Cependant, il avait aussi indiqué que la disparité existera toujours, en raison de la durée de formation, qui est moins longue pour les omnipraticiens que pour les spécialistes.
Il déplorait que les omnipraticiens ne s'attardent qu'aux chiffres isolément, sans considérer les responsabilités, les horaires de travail et la charge de travail, entre autres.
La FMOQ avait pour sa part fait savoir que la rémunération actuelle de membres de l'organisation n'est «nullement concurrentielle» et qu'«il en va de l'avenir de la médecine de famille».
L'écart de rémunération net atteindrait 60-70 %, si on tient compte des frais de cabinet que les omnipraticiens ont, mais que les spécialistes n'ont pas, avait plaidé le porte-parole de la FMOQ, Jean-Pierre Dion.
Autre pomme de discorde à régler : l'étalement jusqu'en 2022 des sommes à verser dans le cadre du rattrapage de la rémunération des médecins du reste du Canada, en vertu d'une entente conclue en 2014.
De 2013 à 2016, l'enveloppe de rémunération consacrée aux médecins omnipraticiens est passée de 2,3 milliards $ à 2,43 milliards $, selon les données du ministère de la Santé.
En 2015-2016, la Régie de l'assurance maladie du Québec (RAMQ) a versé 7,3 milliards $ en rémunération aux médecins, omnipraticiens et spécialistes.
La FMOQ représente plus de 9500 membres.