Ce projet de loi apporte des modifications visant à ajouter des activités réservées aux pharmaciens dans le cadre de l’exercice de la pharmacie.

Québec dépose le projet de loi 31 pour élargir les pouvoirs des pharmaciens [VIDÉO]

L’élargissement des pouvoirs des pharmaciens est «un pas de plus» dans la «grande réforme de l’accès» du gouvernement, affirme la ministre de la Santé, Danielle McCann.

Jeudi, elle a déposé le projet de loi 31 (Loi modifiant principalement la Loi sur la pharmacie afin de favoriser l’accès à certains services) qui devra non seulement être passé au crible par les députés, mais s’accompagner d’une entente de rémunération.

«Après les infirmières praticiennes spécialisées, les hygiénistes dentaires, les pharmaciens maintenant pourront à leur tour profiter d’un élargissement de leur champ de compétences pour mieux servir les Québécois», a déclaré la ministre en conférence de presse.

Saluant cette initiative, l’Association québécoise des pharmaciens propriétaires (AQPP) a tenu à rappeler que «le succès de ce qu’on entreprend aujourd’hui va être tributaire de certaines conditions positives».

«Il est nécessaire de revoir le mode de rémunération, qui n’a pas évolué depuis les années 1970», a indiqué jeudi le président de l’AQPP, Jean Thiffault.

«Il importe de viser une meilleure utilisation de l’expertise spécifique des pharmaciens formés à la pratique hospitalière. [...] Il faut saisir l’occasion donnée par le dépôt du projet de loi 31 pour aller plus loin», a quant à elle réagi l’Association des pharmaciens des établissements de santé du Québec.

Des négociations avec les pharmaciens sont en cours. «Il faut prendre le temps de faire ces travaux, les discussions vont bien, il y a des échanges francs là-dessus, nous allons arriver à bon port, je crois», a déclaré Mme McCann.

Le projet de loi 31 vise essentiellement à permettre aux pharmaciens de prescrire et d’administrer des vaccins, en plus de prescrire certains médicaments lors de situations d’urgence. On peut penser aux réactions allergiques sévères, par exemple.

La mesure permettrait de multiplier les sites de vaccination et les plages horaires pour favoriser une meilleure couverture vaccinale dans la population. Seules les personnes de six ans et plus pourraient être vaccinées par un pharmacien.

Les vaccins couverts par le Programme québécois d’immunisation seraient gratuits en pharmacie, et la vaccination contre la grippe sera également gratuite pour les clientèles vulnérables qui se qualifient pour ce programme. La ministre a dit souhaiter augmenter la vaccination au Québec de 25 %.

Nouvelles tâches

Plus précisément, le projet de loi prévoit que, dans certains cas ou suivant des conditions et modalités déterminées par règlement, les pharmaciens pourront :

• prescrire et administrer des vaccins et, en situation d’urgence, certains autres médicaments;

• prescrire tous les médicaments en vente libre;

• administrer un médicament par voie intranasale;

• ajuster ou prolonger les ordonnances de tous les prescripteurs, non seulement celles des médecins;

• cesser une thérapie médicamenteuse selon une ordonnance ou à la suite d’une consultation effectuée à la demande d’un prescripteur;

• substituer au médicament prescrit un autre médicament même s’il n’appartient pas à la même sous-classe thérapeutique;

• prescrire et interpréter non seulement des analyses de laboratoire, mais tout autre test, aux fins du suivi de la thérapie médicamenteuse.

Le projet de loi prévoit également que les pharmaciens pourront évaluer la condition physique et mentale d’une personne dans le but d’assurer l’usage approprié des médicaments.