Yves Bolduc

Primes: Yves Bolduc a reçu 54 145 $ en trop

La Régie de l'assurance maladie du Québec (RAMQ) estime que le ministre Yves Bolduc a reçu des primes de près de 55 000 $ pour quelque 400 patients dont il n'a pas assuré le suivi assez longtemps.
La RAMQ a transmis à l'actuel ministre de l'Éducation les résultats de la vérification de son dossier, mardi. 
«Nous vous informons que le total des montants supplémentaires en cause représente 54 145 $», peut-on lire dans la lettre de la RAMQ rendue publique par M. Bolduc. 
Les règles obligent le ministre à rembourser 50 % de la prime touchée pour les patients qui sont demeurés sur sa liste moins d'un an. Mais, au plus fort de la controverse à son sujet, M. Bolduc s'est engagé à verser l'autre 50 % à des organismes de charité en lien avec les patients, sans toucher de crédits d'impôt. Il retournera donc
27 000 $ à la RAMQ et fera un don de 28 000 $ à la Fondation Cap Diamant et à l'Association des grands brûlés F.L.A.M.
Le ministre conserve néanmoins les trois quarts de sa prime de 215 000 $, soit la portion liée aux patients dont il a assuré le suivi plus de 12 mois. M. Bolduc n'était pas disponible pour une entrevue, mardi.
«Je tiens à dire que je suis désolé du débat qu'a soulevé mon passage comme médecin dans une clinique médicale pour traiter et prendre en charge des patients alors que j'étais député au sein de l'opposition, a-t-il fait savoir par communiqué. Je suis très malheureux que cette situation ait pris la tournure d'une controverse, alors que mon seul objectif était de bien servir mes patients tout en étant un député dévoué.»
La lettre de la RAMQ indique que M. Bolduc a cessé sa pratique le 23 avril 2014, le jour de son assermentation, deux semaines après la dernière élection. Elle note aussi que «des ajustements ultérieurs concernant votre facturation pourraient survenir» à la suite d'autres contrôles. 
Action «imprudente»
Lors de son passage dans l'opposition, le Dr Bolduc a bénéficié d'un incitatif salarial qu'il a lui-même mis en place en tant que ministre de la Santé pour favoriser le suivi des patients. Hormis les
400 patients pris en charge trop tard, M. Bolduc en a mis sur sa liste
1100 autres dans les sept premiers mois de son retour en pratique. Chaque personne rapportait entre 100 $ et 208 $, selon sa condition médicale. Ils ont tous été retournés sur une liste d'attente lors de la nomination de M. Bolduc au conseil des ministres. Ce dernier a toujours plaidé avoir respecté les règles. Les partis d'opposition, entre autres, ont crié au scandale et exigé sa démission. 
«L'analyse des dernières semaines me permet de reconnaître que la prise en charge de patients à long terme ait pu être mal perçue dans l'opinion publique dans le contexte d'un gouvernement minoritaire, et alors qu'une élection générale pouvait survenir à tout moment», écrit M. Bolduc dans son communiqué. 
D'abord qualifiée de «grosse tempête dans un petit verre d'eau» par le premier ministre, l'affaire Bolduc a fait boule de neige en plein été. Philippe Couillard a finalement déclaré que son ministre avait agi de manière «imprudente» et que les règles lui ayant permis d'empocher une prime devaient être revues. 
«Je veux encore une fois exprimer mes regrets aux patients que j'ai dû quitter et leur dire que je suis très sensible à leur situation, a fait savoir le ministre Bolduc. Je souhaite que les gestes que je pose aujourd'hui puissent répondre aux préoccupations des citoyens que je continuerai de servir à titre de député et de ministre avec dévouement et intégrité.»
Chronologie
4 septembre 2012 - Après la défaite du gouvernement libéral de Jean Charest, le Dr Yves Bolduc, réélu dans Jean-Talon, retourne à la pratique médicale et prend en charge plus de 1500 patients. 
3 juillet 2014 - Le Soleil révèle que M. Bolduc a empoché 215 000 $ - en plus de sa rémunération à l'acte et son salaire de député - pour suivre des patients abandonnés dès son retour au conseil des ministres, 19 mois plus tard. Philippe Couillard parle d'une «bien grosse tempête dans un tout petit verre d'eau».
7 juillet 2014 - L'ex-ministre libéral et père de la RAMQ, Claude Castonguay, dénonce le comportement de M. Bolduc et réclame sa démission dans une lettre au premier ministre. Une sortie qui lui vaudra les foudres de l'actuel ministre de la Santé, Gaétan Barrette.
8 juillet 2014 - Le ministre Bolduc demande à la RAMQ de procéder à une vérification rapide de son dossier. Il promet de rembourser 50 % des primes touchées pour les patients suivis moins de 12 mois, comme l'exigent les règles. 
10 juillet 2014 - Le premier ministre Couillard reconnaît que son ministre a été «imprudent». Il déclare plus tard qu'il faut mieux encadrer le double emploi des députés et revoir la règle dont M. Bolduc a bénéficié. 
16 juillet 2014 - Incapable de juguler la controverse, le ministre Bolduc promet de verser une partie de sa prime à un organisme de charité. Les partis d'opposition continuent de réclamer sa tête.
29 juillet 2014 - La RAMQ a identifié 400 patients pour lesquels M. Bolduc a touché près de 55 000$ sans respecter les règles. Le ministre annonce qu'il rembourse 27 000$ à la RAMQ et verse 28 000$ à deux organismes caritatifs.