L'Association canadienne du cancer a confectionné une carte postale à l'image de Marie-Hélène Dubé.

Prestations d'assurance-emploi aux personnes malades: appuis de taille à Marie-Hélène Dubé

Marie-Hélène Dubé n'en finit plus d'accumuler les appuis et pas les moindres. En plus des milliers de signatures qui se multiplient sur sa pétition, la jeune femme qui combat un cancer et veut faire modifier les règles de l'assurance-emploi est maintenant soutenue par la Société canadienne du cancer et le Syndicat des travailleurs et travailleuses des postes, section locale de Montréal.
«Quelqu'un de la Société canadienne du cancer m'a remarquée lorsque j'ai participé aux états généraux sur cette maladie. Ce sont eux qui m'ont contactée. Ils m'ont même demandé si j'acceptais de collaborer avec eux. Devinez ce que j'ai dit», affirme la volubile jeune femme dans la trentaine.
L'organisme lui a fait imprimer des cartes professionnelles qu'elle distribue à ceux et celles qui veulent l'appuyer. Une carte postale à son image a aussi été produite, et son cas a été ajouté sur leur site Internet. «Ils m'ont dit que mon image mettait un visage sur des cas comme le mien, que cela humanisait le dossier. Je suis très contente.»
Depuis 2003, Marie-Hélène Dubé mène un combat contre un cancer de la glande thyroïde qui a récidivé en 2007 et en 2008 et s'est propagé aux ganglions. Ne bénéficiant d'aucune assurance salaire ni maladie, elle a été stupéfaite de constater que les gens malades n'avaient droit qu'à 15 semaines de prestation. «J'avais fini de les utiliser, et mes traitements n'avaient même pas commencé», note la criminologue, qui, plutôt que de s'apitoyer sur son sort, a décidé que la Loi sur l'assurance-emploi, qui n'a pas été modifiée depuis 38 ans, devait changer.
La forte médiatisation de son cas a pratiquement fait d'elle une vedette. D'ailleurs, c'est en grande partie cette visibilité qui lui a valu l'appui du Syndicat des travailleurs et travailleuses des postes, section locale de Montréal, qui compte 6500 membres. «Lorsque j'allais à la poste, ma case postale débordait toujours. Les postiers se demandaient ce qui se passait, et un jour ils m'ont vue. Un postier a dit : "Mon Dieu, nous hébergeons une vedette." J'ai trouvé ça très drôle. Ils ont proposé de m'aider en conservant mon courrier. J'ai aussi été invitée à donner une conférence à l'assemblée générale annuelle de leur syndicat, et ils ont décidé de faire circuler ma pétition dans tous les bureaux de postes du Canada», explique Marie-Hélène, qui rencontrera aussi les responsables de la FTQ prochainement.
La pétition, qui renferme jusqu'ici, selon la mère de deux enfants, plus de 20 000 noms, circule encore partout. Marie-
Hélène la déposera probablement à la Chambre des communes à l'automne. Les personnes intéressées peuvent l'appuyer en se rendant sur son blogue à l'adresse http://petitionassuranceemploi.wordpress.com. Tous les détails s'y trouvent. Un groupe Facebook est aussi en place. Recherchez «Pétition assurance-emploi Marie-Hélène Dubé», ou écrivez à prestationsmaladie@hotmail.com.