En septembre, après la formation du personnel, le nouvel avion-hôpital remplacera un des deux avions-ambulances Challenger présentement en service.

Plus de cent nouveau-nés transportés par avion-hôpital en 2013

L'avion-hôpital du gouvernement du Québec a assuré le transport de 125 bébés de moins de 28 jours d'une région éloignée vers des grands centres hospitaliers au cours de la dernière année. Il s'agit d'une augmentation de 272 % par rapport à 2008.
«Ça augmente de 20 % cette année. Les deux principales causes du transfert des bébés sont la détresse respiratoire, les convulsions. Dans les régions éloignées, ils n'ont pas le plateau technique pour ces problèmes de santé», a indiqué, vendredi, au cours d'un entretien téléphonique, le directeur médical du programme d'évacuations aéromédicales pour le Québec, le Dr Richard Bernier.
Parmi ces nourrissons, il y a un certain nombre de prématurés. «Entre 55 et 60 % des enfants prématurés sont amenés au Centre mère-enfant du CHU de Québec. Les autres vont à Montréal. Et quelquefois, on va à Rimouski et Sherbrooke, en néonatologie», a-t-il précisé.
Depuis l'an dernier, les médecins et les infirmières à bord de l'avion-hôpital sont secondés par une infirmière et une inhalothérapeute spécialisées en soins intensifs de néonatologie. De plus, le ministère a financé un projet d'uniformisation d'incubateurs afin d'éviter le transfert d'un nouveau-né d'un incubateur à un autre.
Le nouvel avion-hôpital qui a été présenté jeudi aura un appareil d'échographie. L'appareil permettra de diagnostiquer un poumon dégonflé et de poser un drain thoracique. «Avant, on n'était pas capable d'agir parce qu'on n'avait pas d'échographies», dit le médecin.
Pour septembre
Grâce à l'installation du Wi-Fi, il sera possible de transmettre au besoin des images à des médecins spécialistes dans un hôpital. «C'est de la télémédecine. On pourra transmettre un électrocardiogramme pris dans l'avion-hôpital à un cardiologue qui pourra répondre rapidement. En plus, si on n'est pas sûr de faire une ponction, on pourra demander l'avis d'un spécialiste avec un support visuel. Ce n'est pas au point présentement. Le département d'informatique du CHU de Québec et en train de peaufiner tout ça», a expliqué le Dr Bernier.
Le nouvel avion-hôpital remplacera en septembre l'appareil actuel qui est en service depuis plusieurs années. Il ne s'agit pas du premier avion-hôpital, mais ce sera le plus avancé pour donner des soins critiques.