Les choix en aménagement urbain peuvent causer ou aggraver plusieurs maladies sévères comme les maladies cardiovasculaires, les pathologies respiratoires, le diabète, l’hypertension, l’obésité, le cancer et les maladies mentales, note le Dr Paul Poirier, cardiologue à l’Institut universitaire de cardiologie et de pneumologie de Québec (IUCPQ).

Plaidoyer pour de meilleurs aménagements urbains

Des acteurs de la santé invitent les municipalités et les politiciens à faire de meilleurs choix en aménagement urbain pour prévenir les maladies et réduire les coûts pour le système de santé.

«En médecine, nous savons maintenant que nos choix en aménagement urbain peuvent causer ou aggraver plusieurs maladies sévères comme les maladies cardiovasculaires, les pathologies respiratoires, le diabète, l’hypertension, l’obésité, le cancer et les maladies mentales. Ces maladies, souvent chroniques, en plus de causer un mal-être et des décès prématurés, sont extrêmement coûteuses pour notre système de santé », déplore dans un communiqué le Dr Paul Poirier, cardiologue à l’Institut universitaire de cardiologie et de pneumologie de Québec (IUCPQ).

La pollution de l’air, causée principalement par le transport automobile, est associée à environ 300 décès prématurés par an dans la région de Québec, souligne le Dr Poirier. «C’est cinq fois plus que les accidents routiers annuels», compare-t-il.

Le cardiologue participait mardi au lancement sur la Promenade Samuel-de-Champlain de la deuxième phase du projet Ça marche Doc!, dont il est le porte-parole. Lancé en septembre 2016, ce projet vise à faire connaître «les multiples liens de cause à effet qui existent entre l’aménagement urbain et la santé». Ainsi, chaque samedi, de 10h à 10h45, un médecin convie la population à participer à une marche exploratoire dans un milieu urbain de Québec ou de Chaudière-Appalaches (camarchedoc.org pour voir la programmation). 

La phase 2 du projet consiste en la diffusion sur les ondes de MAtv de 24 émissions au cours desquelles de nouvelles thématiques médicales en lien avec l’aménagement urbain seront abordées (la leucémie infantile et la pollution sonore, par exemple). Des segments de ces épisodes diffusés le mercredi à 19h30 seront retransmis sur des écrans numériques de salles d’attente d’établissements de santé de la région de Québec, a-t-on annoncé mardi. 

S'INSPIRER DE MODÈLES

Selon la conceptrice et coordonnatrice de Ça marche Doc !, Johanne Elsener, la région de Québec gagnerait à s’inspirer de ce qui se fait ailleurs en termes d’aménagements urbains qui favorisent la santé, notamment en Suisse et au Danemark, où boulevards de vélo, pistes cyclables, larges trottoirs et espaces verts ont la cote.

«On a vraiment des croûtes à manger ici. Les gens doivent comprendre à quel point c’est important pour leur santé, pour la santé de leurs enfants et de leurs parents, d’avoir des aménagements urbains» qui favorisent le transport actif et diminuent la pollution atmosphérique, expose l’ancienne candidate de Démocratie Québec.

«L’obésité coûte 3 milliards $ par année au Québec, la pollution de l’air nous coûte 8 milliards $... Ce sont des coûts énormes pour la société. Si on prenait cet argent et qu’on le mettait dans l’aménagement urbain […], en bout de ligne, on protégerait à la fois notre santé et notre porte-feuille», plaide la vétérinaire de formation. 

La Dre Gabrielle Vermette, médecin conseil à la Direction de santé publique de Chaudière-Appalaches, croit également que les municipalités et les politiciens gagneraient à être davantage sensibilisés et informés sur les liens entre l’aménagement urbain et la santé. «Qu’ils acceptent de nous recevoir, et qu’ils aillent voir ailleurs comment ça se passe dans les villes où on favorise la santé», suggère-t-elle.