Bien que le ministère exige la présence d’une infirmière 24 heures sur 24 dans ces établissements, des CHSLD de Chaudière-Appalaches font appel le soir et la nuit à des infirmières à distance dans le cadre d’un «projet pilote», a appris <em>Le Soleil. </em>
Bien que le ministère exige la présence d’une infirmière 24 heures sur 24 dans ces établissements, des CHSLD de Chaudière-Appalaches font appel le soir et la nuit à des infirmières à distance dans le cadre d’un «projet pilote», a appris <em>Le Soleil. </em>

Pas d’infirmière le soir et la nuit dans des CHSLD de Chaudière-Appalaches

Élisabeth Fleury
Élisabeth Fleury
Le Soleil
Bien que le ministère exige la présence d’une infirmière 24 heures sur 24 dans ces établissements, des CHSLD de Chaudière-Appalaches font appel le soir et la nuit à des infirmières à distance dans le cadre d’un «projet pilote», a appris Le Soleil. Une situation «dangereuse» pour les usagers, s’indigne le président du Syndicat des professionnelles en soins de Chaudière-Appalaches (SPSCA-FIQ), Laurier Ouellet, qui rappelle que les infirmières auxiliaires n’ont pas les compétences pour évaluer les patients. L’initiative du CISSS préoccupe également l’Ordre des infirmières et infirmiers (OIIQ) et celui des infirmières et infirmiers auxiliaires du Québec (OIIAQ).