Gaétan Barrette

Ottawa veut réduire la hausse des transferts en santé, selon Barrette

Le ministre québécois de la Santé soutient qu'Ottawa a déjà prévenu qu'il réduirait de moitié le taux de croissance annuel des paiements de transfert aux provinces dans ce secteur.
Alors que les gouvernements fédéral, provinciaux et territoriaux négocient actuellement un nouvel Accord sur le renouvellement des soins de santé, de hauts fonctionnaires du ministre Gaétan Barrette ont appris qu'Ottawa ne souhaitait pas maintenir à six pour cent le taux de croissance annuel des paiements de transferts.
Cette hausse annuelle était prévue dans l'accord sur la santé précédent, qui est venu à échéance en 2014 sans que le gouvernement de l'époque n'en négocie un nouveau. Les conservateurs ont plutôt décrété unilatéralement que la hausse annuelle automatique de six pour cent des paiements de transfert en santé serait abolie en 2017.
Sujet à débats
Cette question sera sans aucun doute au coeur des débats lors de la prochaine réunion annuelle des premiers ministres des provinces et territoires, la semaine prochaine à Whitehorse.
Selon le ministre Barrette, une telle réduction des paiements de transfert fédéraux serait inquiétante pour des provinces déjà à court de ressources et qui doivent composer avec de nouvelles réalités en santé, notamment le vieillissement de la population.
La ministre fédérale, Jane Philpott, a, de son côté, indiqué que les paiements de transfert offrent une base de financement stable et que tout apport additionnel sera dirigé vers des secteurs prioritaires, comme les soins à domicile et la santé mentale.
«Les décisions seront prises une fois qu'on aura identifié les secteurs qui devraient être réformés, à la suite de négociations avec les provinces et territoires», a écrit la ministre Philpott dans un courriel.