Héma-Québec fournit aux hôpitaux du Québec des produits sanguins, des tissus humains, des cellules souches et du sang de cordon, en plus de tenir une banque de lait maternel.

Moyens de pression pour les infirmières d'Héma-Québec

Les 70 infirmières d’Héma-Québec travaillant dans la capitale se prononceront dans les prochains jours sur d’éventuels moyens de pression, dont l’option d’une grève. Les employés de Montréal se sont dotés d’un mandat de débrayage, samedi.

Tout comme leurs collègues de la métropole, les infirmières de Québec attendent depuis 2016 que le conseil du trésor présente ses offres salariales, dernier pan de travail à abattre pour le renouvellement de leur convention collective, échue depuis juin 2015.

Selon la Confédération des syndicats nationaux (CSN), tout le reste de la négociation ou presque est réglé depuis un an. Devant ces longs délais et ne pouvant présenter leurs offres, les syndicats, dont celui de Québec, ont décidé de prendre des moyens pour accélérer le processus. 

Les employés d’Héma-Québec à Montréal ont voté samedi matin pour un mandat de grève illimité, qui pourra être utilisé à un moment ultérieur. Les quelque 350 employés — incluant des techniciens de laboratoire, des assistants techniques en laboratoire et d’autres travailleurs d’Héma-Québec à Montréal — ont voté à 99 % en faveur du mandat de grève lors d’une assemblée générale.

À Québec, le vote ne concernera que les infirmières. «Dans les jours qui suivent, il va y avoir une assemblée générale et il y aura sur la table la possibilité de se doter d’un mandat de moyens de pression, incluant la grève», a indiqué au Soleil une représentante de la CSN.

Héma-Québec fournit aux hôpitaux du Québec des produits sanguins, des tissus humains, des cellules souches et du sang de cordon, en plus de tenir une banque de lait maternel.  Avec La Presse canadienne