Le Soleil
Les médecins de l’IUCPQ Marie-Hélène LeBlanc, Frédéric Jacques, Philippe Joubert et Simon Martel dénoncent l’entêtement irrationnel du ministère de la Santé.
Les médecins de l’IUCPQ Marie-Hélène LeBlanc, Frédéric Jacques, Philippe Joubert et Simon Martel dénoncent l’entêtement irrationnel du ministère de la Santé.

Médecins de l'IUCPQ au front contre OPTILAB 

Élisabeth Fleury
Élisabeth Fleury
Le Soleil
Une «religion». Un «dogme». Pour des médecins de l’Institut universitaire de cardiologie et de pneumologie de Québec (IUCPQ), l’entêtement du ministère de la Santé à maintenir les laboratoires de leur hôpital sous la gouvernance d’OPTILAB n’a rien de rationnel. Dans cette lourde structure, le processus décisionnel est lent, et les délais pour recevoir les résultats des tests et analyses sont trop longs pour les besoins spécifiques de l’IUCPQ. Et ce sont les patients qui en paient le prix, dénoncent-ils.