83% des étudiants disent accorder une importance significative à leur dentition et à sa santé. Chez les retraités, ce nombre frise à peine les 60%.

L'hygiène dentaire des milléniaux suscite l'admiration

74% des personnes âgées de plus de 65 ans estiment que les milléniaux ont des dents en meilleure santé que celles de leur génération. C'est du moins ce que révèle un récent sondage Léger réalisé pour l'Ordre des hygiénistes dentaires du Québec (OHDQ), qui lance du même coup le Mois de la santé buccodentaire partout dans la province.

Les statistiques émanant du coup de sonde démontrent, de plus, que la santé et l'esthétique de sa dentition est beaucoup plus importante aux yeux de la tranche d'âge des 25-34 ans (dans une proportion de 85%) que pour les aînés (64%) ou les 35-44 ans (67%).

Cette condition dentaire exceptionnelle des milléniaux fascinerait bon nombre d'hygiénistes et de professionnels dans le domaine. 

«On peut expliquer cette perception par l’évolution des soins buccodentaires depuis les 40 dernières années, de même que par l’augmentation du nombre de professionnels spécialisés», explique la présidente de l'OHDQ, Diane Duval. 

Elle ajoute que, malgré tout, l'accessibilité aux soins demeure un défi partout au Québec, toutes tranches d'âge confondues, surtout chez les aînés et les communautés défavorisées. 

De manière générale, près de 71% des Québécois se diraient préoccupés, au quotidien, par l'entretien de leur santé buccodentaire. Or, ils n'y accordent pas tous la même minutie ou encore la même priorité, ajoute l'Ordre.

83% des étudiants disent accorder une importance significative à leur dentition et à sa santé. Chez les retraités, ce nombre frise à peine les 60%. 

Manque à combler chez les aînés?

Ce manque d'attention pour la santé des dents, chez les aînés, pourrait s'expliquer par deux facteurs, dit l'OHDQ: l'absence d'assurance dentaire après la cessation d'emploi et le coût faramineux des services qui en résulte. Ce sont d'ailleurs les résultats d'une étude récente de l’Institut de recherche et d’informations socio-économiques (IRIS) sur le sujet. 

Ledit rapport souligne notamment que 39% des citoyens de 45 ans et plus ont une assurance dentaire, mais que ce chiffre chute littéralement à 5% pour les personnes hébergées dans un Centre d'hébergement de soins de longue durée (CHSLD). 

Le sondage de l'Ordre démontre aussi que la pratique des soins en hygiène de la bouche, chez les aînés, est à revoir. La moitié d'entre eux portent des prothèses dentaires, mais le cinquième ne les entretient pas hebdomadairement, contrevenant à l'une des recommandations de l'OHDQ.

«Plus inquiétant, 11 % des répondants ne nettoient jamais leurs prothèses en profondeur. Un Québécois sur cinq ne possède plus de dents naturelles et plusieurs d’entre eux ignorent l’importance de maintenir une bonne santé buccodentaire. Des débris alimentaires et des bactéries peuvent s’accumuler dans la bouche et causer de sérieuses infections», croit une hygiéniste dentaire spécialisée chez les aînés, Rachel Beaudry.

L'accès aux soins demeure d'ailleurs particulièrement difficile chez les personnes âgées. 20 % des répondants de 65 ans et plus n’avaient pas consulté un hygiéniste dentaire au cours des trois dernières années, lit-on dans les résultats finaux du sondage.