Préparé par la kinésiologue Andrée-Anne Hébert, le programme de réadaptation cardiaque d'Éric Larochelle lui permet de sortir du «cercle vicieux» causé par son mal de dos.

L'Hôtel-Dieu de Lévis et Énergie Cardio unis pour la réadaptation cardiaque

Depuis quelques jours, Éric Larochelle, 35 ans, a entrepris un programme de réadaptation cardiaque au centre Énergie Cardio de Saint-Romuald. Son programme a été préparé par une kinésiologue de la clinique de cardiologie de Lévis. M. Larochelle est un des premiers patients de la clinique à bénéficier de ce service.
«C'est vraiment une bonne chose. C'est ce qu'il m'aurait fallu avant avec mes problèmes de dos. Je suis content qu'on me suive au niveau du coeur. Ils m'ont pris en main. Ils voient à ce que je puisse faire du sport. Je ne veux plus être dans ce cercle vicieux», nous a-t-il dit, vendredi, lorsque nous l'avons rencontré au gymnase.
Ce cercle vicieux est ce mal de dos qui l'empêchait de faire du sport et qui l'a amené sur la table d'opération. On lui a inséré des tuteurs pour débloquer des artères. Par malheur, il a fait un infarctus lors de l'intervention.
Éric a terminé la première semaine de son programme de réadaptation physique. Il a bon espoir de pouvoir pratiquer des sports et de reprendre son boulot bientôt. «J'aime qu'on nous amène dans un gymnase. Je fais de l'aérobie [vélo stationnaire] et du musculaire. Le programme est augmenté à toutes les semaines. Cette semaine, la durée était de 45 minutes trois fois par semaine. Ça augmentera à une heure et après, à une heure et quart», a-t-il indiqué.
Gratuité de six semaines
Le programme de réadaptation cardiaque a été rendu possible grâce à une entente avec le centre Énergie Cardio de Saint-Romuald qui permet à des patients d'utiliser gratuitement les installations du gymnase pendant six semaines, soit durant la phase aiguë qui suit un infarctus. À la différence de l'Hôpital Laval - ou l'Institut universitaire de cardiologie et de pneumologie de Québec -, le centre hospitalier de Lévis n'a pas d'installations sportives pour la réadaptation physique de ses patients victimes d'un infarctus. Dans bien d'autres régions, ce service est absent.
«On voulait que ce soit accessible à tous les patients. Notre clientèle est très variée. On a des gens qui ont les moyens de se payer une réadaptation et d'autres, non. Je tenais beaucoup à la gratuité de six semaines. Après cette période, le patient peut partir avec son programme d'entraînement personnalisé et s'inscrire n'importe où», a expliqué au Soleil le Dr Martin Crête.
Le premier choix du cardiologue serait que l'Hôtel-Dieu de Lévis se dote d'installations sportives afin que les médecins puissent suivre de près leurs patients. Le Dr Crête est persuadé qu'un tel projet se concrétisera à moyen terme. «Ce que je souhaite, c'est qu'on ait notre propre petit centre pour avoir des interventions à l'Hôtel-Dieu et être là si ça ne se passe pas aussi bien que prévu. D'ici là, on souhaite que d'autres centres comme celui d'Énergie Cardio à Saint-Romuald embarquent», a-t-il affirmé.
Le programme en gymnase n'est offert qu'aux patients qui présentent un léger risque de complication. «Le programme est sécuritaire. On fait de l'exercice aérobique d'intensité légère à modérée. On n'enverra pas au gymnase quelqu'un qui a eu un gros infarctus, qui a de l'insuffisance cardiaque, des arythmies», a souligné le cardiologue. Les personnes à haut risque peuvent être dirigées vers le pavillon de prévention des maladies du coeur de l'Hôpital Laval.
«La réadaptation baisse la mortalité de 20 à 25 % quand c'est bien appliqué. Ça permet aussi un retour au travail plus rapide. On a vu des gens qui ont eu un événement cardiaque et qui ont changé drastiquement leurs habitudes. Aujourd'hui, ils sont transformés. Ça nous motive à poursuivre», a conclu le médecin.