La deuxième phase des travaux de construction du Centre régional intégré en cancérologie de l'Hôtel-Dieu de Lévis a été lancée lundi.

Les travaux du Centre de cancérologie de Lévis en avance

C'est avec quelques mois d'avance sur l'échéancier que la deuxième phase des travaux de construction du Centre régional intégré en cancérologie (CRIC) de l'Hôtel-Dieu de Lévis a été lancée lundi.
«Maintenant que l'excavation est terminée, nous verrons s'élever le bâtiment tant attendu», a commenté Daniel Paré, pdg du Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) de Chaudière-Appalaches, lors de la pelletée de terre officielle. En un an, la construction des bunkers souterrains de radiothérapie qui ont été complétés. 
Ce centre de 158 millions $ permettra aux patients de Chaudière-Appalaches atteints de cancer de se faire traiter dans leur région, au lieu d'emprunter les ponts pour aller à Québec. 
Même si pour l'heure, les travaux vont bon train dans le respect de l'enveloppe budgétaire, l'ouverture officielle est toujours prévue pour le début de l'année 2019. 
Le CISSS est aussi en train de lorgner les terrains qui l'entourent pour s'en porter acquéreur et aménager davantage de stationnements, de même qu'un service d'hôtellerie d'une vingtaine de chambres pour ses patients. 
Cet agrandissement aura nécessairement un impact sur la circulation autour de l'hôpital et c'est en partie pourquoi la Ville de Lévis travaille en ce moment à faire déboucher la rue Saint-Omer sur l'autoroute 20. Elle attend toutefois que le ministère des Transports construise une passerelle au-dessus de l'autoroute à cette hauteur. 
Sans confirmer que ce sera fait, Dominique Vien, ministre responsable de la Chaudière-Appalaches, a indiqué que les discussions vont bien. «On va poser les gestes nécessaires pour faire en sorte que tout le monde y trouve son compte et soit heureux, notamment dans la circulation», a-t-elle lancé.