Le premier ministre Jean Charest a aussi dénoncé qu'une personne âgée puisse manquer de soins.

Les têtes doivent rouler dans les CHSLD où il y a mauvais traitements, dit Legault

Les négligences envers les personnes âgées doivent être sanctionnées par des mises à pied, soutient François Legault. Le chef caquiste vise les directeurs des CHSLD jugés déficients.
«Ça me scandalise de voir qu'on a des problèmes avec les repas, qu'on a des problèmes avec la température pendant les soins, que des personnes âgées ne soient pas capables d'aller aux toilettes», a lancé François Legault, mardi. Les rapports sur les «mauvais traitements» s'accumulent, dit-il.
«Il est temps au Québec qu'il y ait quelqu'un de responsable. Il est temps que des personnes perdent leur emploi parce qu'elles ne se sont pas assurées que les services de base aient été offerts aux personnes âgées dans les CHSLD.»
Le chef de la Coalition avenir Québec rappelle l'engagement de son parti d'abolir les Agences de santé, un projet qu'il croit susceptible de «responsabiliser» les directeurs des différents établissements de santé et de services sociaux, y compris ceux accueillant les personnes âgées - et de nature à les rendre imputables.
«Le directeur général ou la directrice générale d'un centre d'hébergement qui ne s'assure pas qu'une personne âgée puisse aller aux toilettes, je ne comprends pas que cette personne reste en poste.»
Le Parti québécois a souvent cogné sur ce clou. Mardi, la chef Pauline Marois a noté qu'en 2010-2011, «il y a eu 200 000 heures de moins de services auprès des personnes âgées» au Québec. Elle a dit constater «d'importantes failles dans le processus d'inspection des centres d'hébergement».
Le PM dénonce aussi
L'indéfendable étant indéfendable, le premier ministre Jean Charest s'est joint aux dénonciations. «Il est inacceptable qu'une seule personne puisse manquer de soins, ou être, pire encore, maltraitée», a-t-il déclaré.
Mais il affirme qu'il est faux et trop facile d'accuser son gouvernement d'inaction. «Nous avons fait depuis plusieurs années des efforts très importants pour améliorer les soins : davantage de places en CHSLD, mais également des investissements de plusieurs centaines de millions de dollars.»
Les cas de négligences sont l'exception; non la règle, a-t-il insisté. «D'ailleurs, je tiens à redire ou à dire que les hommes et les femmes qui travaillent dans le réseau le font avec beaucoup de compassion pour les personnes âgées.»