L'étude de l'ISQ dresse un portrait des personnes qui consomment différents types de boissons sucrées : gazeuses, à saveur de fruits, pour sportifs et énergisantes. L'enquête a été réalisée auprès de 45 760 personnes.

Les Québécois de 15 à 17 ans, des «bibittes» à boissons sucrées

Les jeunes de 15 à 17 ans sont de grands consommateurs de boissons sucrées, révèle jeudi un bulletin de l'Institut de la statistique du Québec (ISQ).
L'étude montre qu'avec le cumul des divers types de boissons sucrées, la consommation régulière touche quatre Québécois sur dix et est plus répandue chez les hommes, à 52 pour cent, et chez les jeunes de 15 à 17 ans, à 63 pour cent. Chez ces derniers, 39 pour cent consomment de façon régulière des boissons à saveur de fruits.
Lorsque l'on ne tient compte que des boissons gazeuses, les résultats de l'étude indiquent que la moitié des Québécois de 15 ans et plus en consomment de manière occasionnelle ou régulière. La consommation régulière est plus répandue chez les hommes (33 pour cent) que chez les femmes (19 pour cent), de même que chez les personnes âgées de 45 à 64 ans (28 pour cent).
Pour les besoins de l'étude, la consommation occasionnelle concernait les personnes ayant consommé un type de boissons sucrées «deux ou trois fois par mois» ou «une fois par semaine», tandis que la consommation régulière touchait celles ayant consommé un type de boissons sucrées de «deux à six fois par semaine», «une fois par jour» ou «deux fois ou plus par jour».
Boissons énergisantes
L'étude constate par ailleurs que la consommation de boissons énergisantes est moins répandue que les autres types de boissons sucrées dans la population (la consommation occasionnelle étant de 4,3 pour cent et la consommation régulière, de 1,8 pour cent). La consommation des boissons énergisantes, régulière ou occasionnelle, est plus élevée chez les 18 à 24 ans que dans le reste de la population.
Par ailleurs, l'étude révèle que la consommation régulière de boissons sucrées est plus répandue chez les personnes sédentaires (47 pour cent), les fumeurs réguliers et occasionnels (57 pour cent et 49 pour cent), ainsi que chez les personnes qualifiant comme passables ou mauvaises leur santé en général (46 pour cent) et leur santé buccodentaire (49 pour cent).
L'étude de l'ISQ est parue dans le récent bulletin «Zoom santé», qui dresse un portrait des personnes qui consomment différents types de boissons sucrées: gazeuses, à saveur de fruits, pour sportifs et énergisantes. L'enquête a été réalisée auprès de 45 760 personnes.