Les CHSLD doivent se préparer à la chaleur extrême

En prévision de la saison estivale, le ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS) vient de demander aux établissements ayant une mission de soins de longue durée d’élaborer d’ici le 31 mai une procédure permettant de faire face aux épisodes de chaleur extrême. Il réclame notamment que tous les CHSLD soient munis d’au moins un espace commun frais, climatisé ou déshumidifié.

Selon les données transmises au Soleil par le ministère de la Santé, 92 % des 320 CHSLD (295) de la province ont déjà des refuges climatisés ou déshumidifiés. Pour les zones chaudes et très chaudes du Québec (Capitale-Nationale, Mauricie-­Centre-du-Québec, Estrie, Outaouais, Chaudière-Appalaches, Lanaudière, Laurentides, Montérégie, Mont­réal et Laval), cette proportion atteignait 99 % l’automne dernier (257 installations sur 259), précise la porte-parole Noémie Vanheuverzwijn.

En campagne électorale, François Legault a promis que ses maisons des aînés seront toutes entièrement climatisées. Le chef de la CAQ disait aussi juger urgent de faire en sorte que tous les CHSLD soient munis au minimum d’une salle commune climatisée d’ici cet été.

Dans une directive envoyée aux établissements à la fin du mois dernier pour «faire suite à l’épisode de chaleur extrême que le Québec a vécu lors de l’été 2018», le sous-ministre Yvan Gendron rappelle que «la chaleur a des impacts importants sur certains groupes qui sont plus à risque d’en subir les effets». 

Il demande aux établissements ayant une mission de soins de longue durée qu’ils élaborent, en collaboration avec leur directeur régional de santé publique et leurs coordonnateurs régionaux de sécurité civile, une procédure permettant de faire face aux épisodes de chaleur extrême. 

Enveloppe de 35 millions $

Plus particulièrement, cette procédure devra prévoir «des mesures d’ordre préventif, de surveillance, de vigie et de formation du personnel», en plus d’inclure «des stratégies et moyens techniques (pièces de fraîcheur, climatisation, etc.) liés aux infrastructures afin d’atténuer les effets de la chaleur sur les résidents». 

«Pour 2018-2019, le MSSS a alloué une enveloppe budgétaire de 35 millions $ pour réaliser des projets de rénovation fonctionnelle mineure en CHSLD. L’ajout de climatiseurs pour créer des zones refuges est l’une des priorités de cette enveloppe budgétaire», précise Noémie Vanheuverzwijn.

L’été dernier, plusieurs dizaines de décès liés à la chaleur extrême ont été dénombrés au Québec, dont au moins un en CHSLD. Si les résidents des CHSLD ont le droit d’installer un climatiseur personnel dans leur chambre, les infrastructures ne le permettent souvent pas, notamment en raison de la vétusté des systèmes électriques.