Le ministre des Finances du Québec, Carlos Leitão, ne se fait guère d'illusions sur la capacité de son gouvernement d'obtenir davantage d'Ottawa en matière de transferts en santé.

Leitão se dit «réaliste» face aux transferts fédéraux en santé

Le ministre des Finances du Québec, Carlos Leitão, ne se fait guère d'illusions sur la capacité de son gouvernement d'obtenir davantage d'Ottawa en matière de transferts en santé.
Interrogé mardi à l'Assemblée nationale, le ministre Leitão a tenu un discours très sobre sur ses chances de faire reculer le gouvernement Trudeau dans sa volonté de réduire le financement et d'y attacher des conditions.
«Nous sommes réalistes aussi, puisque la Colombie-Britannique, surtout, a déjà conclu un accord bilatéral. On comprend que peut-être l'Alberta aussi va le faire bientôt, alors on est réaliste, mais les deux provinces centrales (Québec et Ontario) demeurent unies», a soutenu M. Leitão.
La décision de la Colombie-Britannique de conclure une entente bilatérale avec le fédéral, le 17 février dernier, est venue porter un coup dur aux provinces qui maintiennent une alliance que l'on ne peut plus qualifier de front commun. Le groupe des opposants ne compte plus, outre le Québec et l'Ontario, que le Manitoba alors que l'Alberta semble se diriger elle aussi vers la porte de sortie, comme l'a souligné le ministre.
Le gouvernement Trudeau a annoncé que la hausse annuelle de ses transferts en santé aux provinces serait désormais de 3,5 % plutôt que 6 %, une coupe qu'il a cherché à amoindrir en y ajoutant une enveloppe de 11,5 milliards $ dédiée aux soins à domicile et à la santé mentale.
Outre la réduction, Québec s'est toujours farouchement opposé à la volonté du fédéral de décider où consacrer l'argent, faisant valoir qu'il s'agit là d'une compétence provinciale exclusive.
Carlos Leitão ne compte donc pas sur une avancée de ce côté en prévision de son prochain budget.
«Ce serait mieux si on avait quelque chose avant le budget, mais ce n'est pas nécessaire parce que nous avons déjà l'enveloppe de transfert qui nous a été annoncée en décembre, a confié M. Leitão. C'est nettement insuffisant, mais nous avons déjà ça.»
«En plus, nous avons aussi ce qui a déjà été accordé aux autres provinces donc, dans notre budget, on peut partir du principe qu'on va au moins obtenir ça», a-t-il précisé, faisant référence aux sommes consenties par Ottawa dans les ententes bilatérales.
Il a dit avoir tout de même discuté avec son homologue ontarien lundi et assure que celui-ci est toujours déterminé à obtenir davantage d'Ottawa, à qui il a reproché sa tactique de division.
«Nous jugeons que l'approche fédérale est un peu déplorable, de prendre les provinces une à une», a laissé tomber M. Leitão, ajoutant qu'Ottawa persistait avec cette approche, même auprès du Québec : «Ils font ça avec toutes les provinces depuis un certain temps.»