Le virus H1N1 causera plusieurs décès au Québec

Les autorités de la Santé publique s'attendent à ce que le virus de la grippe H1N1 cause des dizaines de décès au Québec durant la présente saison grippale.
«L'activité grippale est élevée actuellement. C'est du H1N1 comme ce qui est attendu. Toutefois, on n'a pas de signe pour l'instant d'une sévérité particulière. Par contre, la bonne nouvelle est que la protection contre ce virus est incluse dans le vaccin. Pour les gens à risque, c'est encore le bon moment de se faire vacciner par son médecin ou au CLSC», a indiqué, hier, la Dre Danielle Auger, directrice de la Protection de la santé publique au ministère de la Santé.
Bon an mal an, la grippe est en lien avec le décès d'environ 300 personnes au Québec. Chez plusieurs, le virus a aggravé un état de santé déjà affaibli par une autre maladie cardiaque ou pulmonaire.
La Dre Auger a rappelé que le virus H1N1 est apparu en 2009. Il avait fait l'objet d'une vaste campagne de vaccination. Plus de 80 personnes sont décédées au Québec après avoir contracté le virus. Près de 2500 personnes ont dû être hospitalisées pour des complications causées par le nouveau virus.
«Après la pandémie de 2009, le virus a continué de circuler dans la population. Cet hiver, ça va être la première fois où il sera prédominant, mais il n'y a pas de raison d'avoir plus peur de ce virus qu'un autre», a expliqué le médecin.
Si vous avez été vacciné contre le H1N1, on conseille de le faire de nouveau cette année. «Avoir été vacciné en 2009 peut donner une certaine protection, sauf que la meilleure protection, c'est de se refaire vacciner. On pense que les personnes qui l'ont été ont conservé une mémoire immunitaire, mais jusqu'à quel point, ce n'est pas scientifiquement établi», a avancé la Dre Marie-Claude Messely, de la Santé publique de la Capitale-Nationale.
«On pense que le fait d'avoir été vacciné, et si on est à nouveau en contact avec le virus, ça va rebooster dans la mesure où la personne est en santé. Elle va se remettre à produire des anticorps. Est-ce qu'elle va les produire à temps? On n'est pas sûr. Assez pour réduire les symptômes? On n'est pas sûr non plus», a-t-elle ajouté.
La Dre Messely a les mêmes réserves en ce qui concerne les personnes qui ont eu la grippe causée par le virus H1N1 en 2009. À son avis, elles peuvent l'attraper de nouveau.
Pointe de la saison grippale
Par ailleurs, on s'attend à ce que la pointe de la saison grippale survienne d'ici 10 à 15 jours. «L'activité grippale a débuté durant la première semaine de décembre. Le peak devrait arriver entre la mi-janvier et le début février. Il est encore temps de se faire vacciner. Ça prend environ deux semaines pour développer des anticorps», a indiqué la Dre Auger.
L'activité grippale dans la région de Québec ne semble pas différente que celle observée dans les autres régions du Québec. «On a pas mal le même schéma que les années précédentes, sauf l'année dernière, qui a été une année précoce. On a démarré ça sur les chapeaux de roue l'année dernière. Dans le temps de Noël, il y avait beaucoup de gens qui étaient à l'urgence. Ça débordait», a commenté la Dre Messely.
D'autre part, elle rappelle que les mesures d'hygiène sont tout aussi importantes que la vaccination pour prévenir la grippe. «Le lavage des mains en utilisant une solution alcoolisée, tousser dans un mouchoir, éternuer dans le pli du coude, laver les surfaces avec un désinfectant, ce sont des mesures de base super importantes. Quelqu'un qui est malade doit éviter les contacts avec les autres. Il faut le répéter», a-t-elle souligné.