Le Vérificateur général invité à examiner le projet de méga buanderie

Le Vérificateur général (VG) du Québec a été invité à se mettre le nez dans le projet déjà avancé d'une nouvelle mégabuanderie publique au coût de 30 millions $ pour desservir les hôpitaux de la région de Québec. Les nouvelles installations qui seront situées dans le parc industriel de Beauport remplaceront celles de Partagec, près de l'hôpital de l'Enfant-Jésus.
Le président de la Buanderie Blanchelle, Pierre Ferron, estime que ce projet est trop coûteux et que le gouvernement aurait dû se tourner vers une entreprise privée. «Ce projet est hautement discutable sur le plan de l'optimisation des ressources confiées à l'État. L'ensemble témoigne de pratiques commerciales inquiétantes, sur fond de création en douce d'un nouvel organisme public, le tout au désavantage des citoyens», écrit M. Ferron dans une lettre adressée au Vérificateur général.
Il rappelle qu'une étude réalisée par la firme comptable Mallette, pour le compte de son entreprise, a conclu qu'une buanderie privée aurait permis des économies de 21 millions $ sur 15 ans, tout en évitant au gouvernement d'avoir à débourser près de 30 millions $ pour la construction des installations. M. Ferron avait fait part l'an dernier des conclusions de l'étude au ministère de la Santé.
Au bureau du Vérificateur général, on a confirmé avoir reçu la lettre du président de Blanchelle. La première étape sera de vérifier si l'organisme concerné par la demande est dans le giron du VG. Si c'est le cas, il restera à voir si une vérification peut être faite à partir des informations qui ont été fournies. Le Vérificateur général a des pouvoirs discrétionnaires pour effectuer de telles vérifications. 
Le mois dernier, deux contrats de 729 000 $ et de 413 000 $ ont été accordés aux firmes BPR Bâtiment et Les Services exp., toutes deux de Québec, pour la réalisation du projet. Le ministre de la Santé, le Dr Réjean Hébert, a autorisé le projet en mars 2013.