Les militants libéraux rappellent que l’Hôtel-Dieu de Québec est situé dans un «quartier achalandé» de Québec où se déroulent des activités populaires comme le Festival d’été qui font en sorte que la densité de population augmente à plusieurs occasions. Ils pressent le gouvernement de maintenir des emplois et des services dans le Vieux-Québec.

Le sort de l’Hôtel-Dieu de Québec connu avant les prochaines élections

Le sort réservé à l’Hôtel-Dieu de Québec sera scellé avant les prochaines élections provinciales, parole du ministre de la Santé Gaétan Barrette.

Entamés il y a environ 6 mois, les travaux de réflexion sur le futur de l’hôpital du Vieux-Québec avancent. Lors du 33e Congrès des membres du Parti libéral du Québec (PLQ), le ministre Barrette a évoqué l’éventail des possibilités, allant d’un centre de soins palliatifs à un centre de chirurgies d’un jour, ou une combinaison de différentes missions. Il a réitéré que l’Hôtel-Dieu de Québec conservera une vocation «santé». 

Des urgences mineures pourraient y être acceptées, comme «des fractures, des entorses, des points de sutures», indique M. Barrette. En ce moment, son ministère travaille à la «projection des besoins de la population». «On sait que Québec a une population croissante et vieillissante.»

La commission politique de la Capitale-Nationale met au jeu lors du Congrès du PLQ une résolution demandant au gouvernement «d’évaluer les besoins en services de proximité» pour préparer le futur de l’Hôtel-Dieu de Québec. Rappelons que les services actuels dispensés par cet hôpital seront transférés au cours des prochaines années au mégahôpital présentement en construction sur le site de l’hôpital l’Enfant-Jésus, dans Limoilou. 

Les militants libéraux rappellent que l’Hôtel-Dieu de Québec est situé dans un «quartier achalandé» de Québec où se déroulent des activités populaires comme le Festival d’été qui font en sorte que la densité de population augmente à plusieurs occasions. Ils pressent le gouvernement de maintenir des emplois et des services dans le Vieux-Québec. 

M. Barrette accueille favorablement la résolution, mais soutient que la décision ne va pas être prise sur une base politique, mais «sur une base de besoins de la grande région de Québec projetée dans le futur.»