Le premier ministre, qui apprécie le caractère «énergique et passionné» de son ministre de la Santé, considère toutefois que Gaétan Barrette (photo) est allé trop loin.

Le premier ministre rappelle à l'ordre Gaétan Barrette

Le premier ministre Philippe Couillard, qui présidait jeudi le Forum sur la lutte contre l'intimidation, a rappelé à l'ordre son ministre de la Santé, Gaétan Barrette, concernant les propos qu'il a tenus à l'endroit de son prédécesseur péquiste, Réjean Hébert.
«C'est pas le genre de discours que je veux qu'on tienne, on n'aide pas l'argumentaire en s'adressant à la personne ou en mettant en doute ses qualités personnelles. Ce n'est pas la bonne façon de faire le débat politique», a affirmé M. Couillard.
La veille, le ministre Gaétan Barrette s'était livré à une virulente critique contre son prédécesseur, Réjean Hébert, affirmant qu'il était un menteur et un démagogue qui n'a laissé aucun héritage lors de son bref passage en politique.
M. Couillard, qui apprécie le caractère «énergique et passionné» de son ministre, considère toutefois que celui-ci est allé trop loin. Il a clairement condamné ses propos, qui le placent dans l'embarras alors que se déroulait jeudi un grand forum gouvernemental sur la lutte contre l'intimidation, qui découle d'un engagement pris par le Parti libéral en campagne électorale.
«Il n'est pas nécessaire lorsqu'on a un discours politique de rabaisser l'autre, a ajouté M. Couillard. Ce n'est pas nécessaire et ça n'ajoute pas à l'argumentaire. Ça fait partie des choses qu'il faut changer dans la société.»
Pas d'excuses
Du côté de l'opposition, la péquiste Diane Lamarre est outrée de l'attitude de Gaétan Barrette. À la période des questions, jeudi matin, elle a souligné que le premier ministre lui-même l'a sommée «de s'excuser pour son attitude irrévérencieuse envers toutes les personnes qui osent critiquer son projet de loi et les gestes qu'il pose».
Le ministre de la Santé estime que Mme Lamarre exagère les propos de Philippe Couillard à des fins politiques. Il a noté que ce dernier ne lui pas demandé formellement de s'excuser. Gaétan Barrette ne l'a d'ailleurs pas fait.
En mêlée de presse, M. Barrette a plutôt cherché à justifier les mots durs qu'il avait lancés la veille à l'endroit de son prédécesseur, Réjean Hébert. Il l'accuse de répandre des faussetés et d'ameuter la population au sujet de la réforme à venir dans les structures du réseau de la santé.
Le ministre s'engage cependant à tenter de ne plus commenter les propos de M. Hébert. Il dit souscrire aux «commentaires» du premier ministre voulant qu'il ne sert à rien «de rabaisser l'autre».