Les citoyens consultés par le Commissaire constatent l'effritement du panier de services, déplorant que l'offre demeure «centrée autour de l'hôpital, des services médicaux et des médicaments, tout aussi essentiels soient-ils, au détriment notamment de la prévention et des services sociaux».

Le panier de services en santé s'effrite, se désolent les Québécois

Les citoyens s'inquiètent de l'effritement du panier de services assurés en santé et en services sociaux, confirme un rapport du Commissaire à la santé et au bien-être (CSBE) rendu public jeudi.
Comme il l'explique dans un communiqué, le CSBE avait prévu de produire plusieurs rapports sur la performance du système de santé, mais l'annonce de la cessation des activités du Commissaire dans le budget de mars dernier l'a contraint à ne proposer qu'un «état des lieux comprenant les propositions des citoyens pour améliorer le système».
Pour mener à bien sa démarche de consultation, le Commissaire a notamment mené un sondage, mis sur pied des groupes de discussions dans les régions et fait des appels de mémoires et de témoignages.
Au terme de cette vaste consultation, le CSBE conclut que pour les Québécois, «la couverture publique actuelle des soins et services est incomplète, inadaptée, incohérente, inefficiente et inéquitable».
Les citoyens consultés par le Commissaire constatent l'effritement du panier de services, déplorant que l'offre demeure «centrée autour de l'hôpital, des services médicaux et des médicaments, tout aussi essentiels soient-ils, au détriment notamment de la prévention et des services sociaux».
Ils considèrent également que l'offre publique peine à s'adapter aux besoins des personnes les plus vulnérables et de celles atteintes de maladies ou de troubles chroniques.
Difficultés d'accès
Autre constat : les services sont souvent difficiles d'accès ou carrément inaccessibles dans certains cas. «Les citoyens dénoncent une offre de services variable selon le lieu ou le territoire, alors qu'à revenu égal, les mêmes impôts sont payés par tous», résume le CSBE.
Les citoyens consultés déplorent aussi une gestion non optimale des ressources. Selon eux, «la surprestation et le chevauchement de services de même que les coûts reliés aux médicaments et à la technologie paraissent hors de contrôle».
La date exacte de la cessation des activités du CSBE n'est pas encore connue, a indiqué sa porte-parole, Élaine Bernier, qui précise que d'autres rapports restent encore à publier.