Jean-François Lisée

Le gouvernement nuit à la prévention du suicide, selon le PQ

S'il faut en croire Jean-François Lisée, le gouvernement du Québec porte atteinte à la prévention du suicide en multipliant les compressions budgétaires.
Pour prouver ses dires, le porte-parole de l'opposition officielle en matière de services sociaux, de protection de la jeunesse, de soins à domicile, de santé publique et de prévention a cité un exemple en particulier.
Il a soutenu qu'auparavant, l'organisme Suicide Action Montréal était à même d'offrir de la formation à quelque 350 intervenants du réseau de la santé sur une base annuelle.
Or, d'après M. Lisée, «à partir du 1er avril, ce chiffre passera à zéro».
Sans surprise, la présidente et la directrice générale de Suicide Action Montréal, Suzanne Carrière et Fabienne Audette, sont montées aux barricades en compagnie de l'élu péquiste dimanche.
En se basant sur un rapport intitulé «La mortalité par suicide au Québec: 1981 à 2013» qui a été publié par l'Institut national de santé publique du Québec, les deux femmes ont souligné qu'une avancée avait été enregistrée à la fin de cette période.
Elles ont rappelé qu'en 2012, 205 personnes avaient mis fin à leurs jours dans la métropole et qu'au cours de l'année suivante, ce nombre avait glissé à 176.
Mmes Carrière et Audette ont indiqué que pour continuer dans cette veine, il faudrait déployer davantage de mesures destinées à prévenir les suicides au lieu de chercher coûte que coûte à réaliser des économies.