En plus d’une radiation permanente du Collège des médecins, le Dr Jean-François Rancourt s’est vu imposer des amendes totalisant 35 000 $.

Le Dr Rancourt radié à vie du Collège des médecins

Sans surprise, le Conseil de discipline du Collège des médecins a radié à vie le Dr Jean-François Rancourt, ce médecin de famille de Montmagny qui a pris le chemin du pénitencier l’été dernier pour avoir agressé sexuellement une quinzaine de patientes. Des amendes totalisant 35 000 $ lui ont également été imposées.

Le Dr Jean-François Rancourt, 58 ans, avait déjà été radié pour une période de cinq ans en décembre 2017 à la suite d’une première plainte, rappelle-t-on dans la décision du Conseil de discipline rendue le 25 juillet. 

En juillet 2018, le médecin de famille, qui pratiquait dans une clinique médicale du vieux centre-ville et à l’Hôtel-Dieu de Montmagny, a été condamné à deux ans de pénitencier après avoir plaidé coupable à des agressions sexuelles commises sur 15 patientes entre janvier 2013 et novembre 2015. Une bonne partie de ces agressions ont été commises lors de suivis de grossesse.

La décision sur sanction du Conseil de discipline du Collège des médecins concerne 11 chefs relatifs à des gestes abusifs de nature sexuelle commis sur sept patientes entre juin 2013 et mai 2017. Le quinquagénaire profitait des examens gynécologiques pour exercer des «mouvements rotatifs» sur le clitoris de ses patientes, précise-t-on.

Dans sa décision, le Conseil de discipline salue le courage des patientes qui ont témoigné devant lui. «Chacune a très bien exprimé le doute, l’angoisse et les interrogations qui les ont hantées à partir du moment de l’agression. Certaines se sont demandé si elles avaient vécu une hallucination, alors que tout était bien réel», écrit le Conseil. 

«Profondément marquées»

Selon lui, la gravité des faits pour lesquels le médecin a plaidé coupable prescrit à lui seul l’imposition d’une peine permanente. 

Le Conseil souligne que l’intimé agissait à titre de médecin de famille pour les sept patientes depuis de nombreuses années, et qu’il a abusé de son autorité et de la confiance qu’elles lui accordaient «pour se livrer […] à des agressions continues, répétées et qui ont laissé ces dernières profondément marquées». 

Il mentionne également que la main de l’intimé qui touchait la partie intime des patientes n’était pas gantée, et qu’en agissant ainsi, le médecin «s’est comporté de manière insouciante, voire dangereuse, mettant à risque la santé de ses patientes». 

Selon le Conseil, l’inconduite de l’intimé porte directement atteinte à la confiance du public envers les médecins et la profession. «Les événements vécus par les patientes peuvent laisser croire au public que tout patient est à risque et peut se faire abuser par son médecin, quel que soit le contexte de la demande de consultation», écrit-il.

En plus d’une radiation permanente du Collège des médecins, le Dr Jean-François Rancourt s’est vu imposer des amendes totalisant 35 000 $, qu’il devra acquitter sans délai.