Liziane Bouvier, présentatrice bénévole, montre un cerveau de mouton à des élèves de l’école secondaire Pamphile-Le May à Sainte-Croix, pendant une présentation sur les effets des drogues sur le cerveau.

Le cerveau, ce petit morceau de l’humain qui contrôle tout

Des étudiants au troisième cycle de l’Université Laval sensibilisent les jeunes à la neuroscience et au comportement du cerveau pendant la semaine de Cerveau en tête.

Créé par le Dana Alliance for Brain initiatives en 1993, Cerveau en tête, a pour objectif de promouvoir et de vulgariser la recherche en neurosciences auprès du grand public. Très intéressées par l’évènement devenu mondial, deux étudiantes de l’université Laval ont créé le comité Cerveau en tête Québec en 2009.

Depuis de nombreux étudiants en psychologie, neuropsychologie, neurosciences, neurobiologie et médecine ont joint le comité pour donner chaque année des conférences et des ateliers aux jeunes du primaire, du secondaire et du cégep.

Les cinq sens au primaire 

Offert aux élèves de sixième année, la conférence fait état du fonctionnement des cinq sens d’un point de vue neurologique. Cet atelier interactif, ponctué de mini-expériences réalisées par les élèves, leur permet de comprendre ce qui se passe dans le cerveau humain lorsque nous entendons, sentons, touchons, voyons et goûtons.

«À la fin, ils peuvent manipuler un cerveau de mouton. On a toutes sortes de réactions, mais en général les élèves aiment ça. Ils posent beaucoup de questions. C’est une petite introduction pour qu’ils prennent conscience que le cerveau est important», a souligné l’une des membres du comité, Marilyne Joyal.

L’effet des drogues au secondaire

Pendant la conférence, les élèves de secondaire 3 apprennent les effets de l’alcool, de la marijuana, de l’ecstasy et de la cocaïne, afin de leur permettre de comprendre pourquoi ces substances provoquent un effet enivrant et comment elles peuvent créer une dépendance.

«On explique aussi c’est quoi la dépendance et le sevrage. À cet âge-là, on commence à expérimenter des choses. C’est important qu’ils sachent ce que ça peut provoquer, mais on n’est pas là pour faire la morale», insiste-t-elle.

Troubles au cégep

Les principaux thèmes abordés sont la phobie sociale, la dépression, la schizophrénie et le TDAH. Les étudiants apprennent également c’est quoi l’anatomie cérébrale, la communication entre les cellules nerveuses, et des facteurs de risque et de protection en lien avec la santé mentale.

«Au cégep, les troubles anxieux peuvent se développer. La maladie mentale est encore stigmatisée, alors qu’il s’agit d’une maladie», explique Mme Joyal.

En plus de la Semaine Cerveau en tête du 11 au 17 mars, le comité participe également le 23 février à l’atelier Les filles et les sciences pour les jeunes filles de 15 ans afin de les intéresser à la science.

Le comité souhaite également développer prochainement des conférences pour le grand public.