Daniel Brière n'a pas voulu décrire l'état de sa relation avec l'entraîneur-chef Michel Therrien, une relation qui fait l'objet de nombreuses spéculations ces temps-ci.

L'association entre deux joueurs du Canadien et McDonald's suscite la grogne

Des hockeyeurs professionnels associés à la promotion de la malbouffe? Le recrutement des membres du Canadien Daniel Brière et Brendan Gallagher pour une campagne publicitaire de McDonald's débutant cette semaine, ajouté aux nouveautés récentes sur les boîtes de Joyeux festin, est un bien mauvais message à envoyer aux jeunes, selon la Coalition québécoise sur la problématique du poids.
Le regroupement des organismes intéressés au problème de santé publique créé par l'obésité et le surpoids réagissait lundi à un article de La Presse sur la nouvelle initiative de McDo. Le géant de la restauration rapide a confié aux deux sportifs la création de nouveaux hamburgers qui porteront leur nom et seront vendus au Québec pour un temps limité. Mais selon la directrice de la Coalition Poids, Corine Voyer, il s'agit d'une bien mauvaise idée.
Une étude publiée en 2011 a révélé que les parents sont au moins deux fois plus susceptibles d'acheter de la malbouffe lorsque celle-ci est endossée par une vedette sportive, dit-elle. En outre, une autre étude, datant celle-là de 2013, a démontré que les préadolescents, et particulièrement les garçons, sont particulièrement sensibles à ces publicités.
«Les petits garçons veulent tout faire comme leurs idoles du hockey. Il va falloir expliquer qu'elles ne prennent pas toujours les bonnes décisions et qu'on ne va pas nécessairement au McDonald's simplement parce que Brière et Gallagher y sont», confirme d'ailleurs au Soleil la maman d'un garçonnet de sept ans, fan fini du Canadien.
«On ne veut pas montrer du doigt tous les athlètes amateurs qui s'associent à McDonald's pour une commandite. Mais là, on ne peut pas dire que les joueurs de hockey professionnel ont besoin de sous», précise Mme Voyer. On peut ici penser au cas du plongeur Alexandre Despatie, qui a eu McDonald's comme commanditaire.
La multinationale avait déjà fait sourciller la Coalition, il y a quelques mois, avec ses nouvelles boîtes de Joyeux festin agrémentées de jeux et de dessins pour plaire davantage aux enfants.
Selon Corinne Voyer, le restaurateur profite d'une vieille application de la Loi sur la protection du consommateur qui exempte les vitrines, étalages, contenants, emballages ou étiquettes des restrictions concernant la publicité destinée aux enfants.
«Étant donné que le marketing intensif d'aliments à haute teneur énergétique favorise la propagation de l'obésité et que les jeunes y sont particulièrement sensibles, ce type de tactiques publicitaires doit cesser», avance Mme Voyer.
La directrice rappelle que cibler les jeunes n'est pas une première pour McDonald's, qui a plaidé coupable dans le passé pour une infraction à la loi avec une publicité sur le poulet McCroquettes diffusée en 2007-2008 lors de l'émission Ciné-cadeau sur les ondes de Télé-Québec.
Trois autres plaintes
La Coalition a aussi déposé trois autres plaintes toujours pendantes contre l'entreprise pour ce qu'elle croit être des infractions à cette même loi.
Quant à la publicité des joueurs de hockey conçue par l'agence Cossette, elle sera peut-être efficace à la télévision, mais elle laisse certains observateurs plutôt songeurs. Alors que Daniel Brière suscite la critique pour son jeu, Brendan Gallagher donne lui-même une drôle d'impression du sandwich qu'il a concocté et qui contient pas moins de trois boulettes de viande et trois tranches de bacon. Dans une entrevue à La Presse, il déclare qu'il n'en mangera pas de toute façon.
«J'en ai essayé un, c'était délicieux, mais ça ne peut pas être trop bon pour le coeur», disait-il candidement...