Yvon Charbonneau, à l'avant à droite, flanqué du syndicaliste Louis Laberge à gauche, en route vers le palais de justice de Québec, à la suite des grèves illégales de 1972.

L'ancien syndicaliste Yvon Charbonneau victime d'un AVC

L'ancien syndicaliste et politicien Yvon Charbonneau a été victime d'un accident vasculaire cérébral et serait dans un état critique, a indiqué la Centrale des syndicats du Québec, samedi.
Cet événement est survenu en Floride, où M. Charbonneau passait ses vacances, le 7 avril.
La famille de M. Charbonneau est à son chevet, a ajouté la CSQ par voie de communiqué. Elle a mentionné que la famille ne ferait aucun commentaire pour le moment.
M. Charbonneau a été président de la Centrale de l'enseignement du Québec (CEQ) de 1970 à 1978. En compagnie de Marcel Pépin, de la CSN, et de Louis Laberge, de la FTQ, il avait été un des trois chefs syndicaux emprisonnés lors des grandes grèves du secteur public en 1972.
Tous trois avaient été condamnés le 8 mai à un an de prison pour avoir encouragé les travailleurs à défier les injonctions ordonnant le retour au travail des employés d'hôpitaux. Leur emprisonnement avait replongé le Québec dans le tumulte. Libérés le 25 mai, ils retourneront en prison en février de l'année suivante avant d'être libérés de nouveau deux mois plus tard.
Après sa défaite aux mains de Robert Gaulin en 1978, il retourne à l'Université Laval où il obtient une maîtrise en sciences politiques avant de poursuivre une scolarité de doctorat à l'UQÀM.
Il redevient président de la CEQ de 1982 à 1988.
Il se tourne ensuite vers le secteur privé. Il devient vice-président des relations publiques, division de l'environnement, pour le Groupe SNC-Lavalin de 1990 à 1992.
En 1994, candidat libéral, il est élu dans la circonscription de Bourassa aux élections québécoises. Il démissionne en 1997 pour tenter sa chance sur la scène fédérale.
Il est élu la même année député libéral de la circonscription d'Anjou-Rivière-des-Prairies. M.Charbonneau est secrétaire parlementaire de la ministre de la Sécurité publique et de la Protection civile et secrétaire parlementaire du ministre de la Santé. Réélu en 2000, il se retire de la vie parlementaire quatre ans plus tard.
Il est ensuite nommé ambassadeur et délégué permanent du Canada auprès de l'UNESCO de septembre 2004 à septembre 2006.