La pré-éclampsie est un problème causé par une tension artérielle élevée résultant d’une grossesse. C’est la deuxième cause de mortalité maternelle au Canada après la formation de caillots veineux dans les poumons.

L’acide folique n’empêche pas la pré-éclampsie chez les femmes à risque élevé

TORONTO — La prise de fortes doses d’acide folique pendant la grossesse n’empêche pas la pré-éclampsie chez les femmes présentant un risque élevé de cette maladie potentiellement mortelle, selon une étude internationale menée par des chercheurs canadiens.

La découverte, qui réfute une croyance de longue date sur le rôle préventif de l’acide folique face à la pré-éclampsie, devrait modifier la pratique consistant à prescrire des doses supplémentaires de vitamine B aux femmes enceintes à haut risque dans le monde entier.

Le chercheur principal, le docteur Mark Walker de l’Université d’Ottawa, a expliqué que les résultats de l’étude ne signifient pas la fin de l’acide folique pris à faible dose pour prévenir les anomalies du tube neural du foetus, lesquelles peuvent causer le spina bifida.

«Toutes les femmes devraient prendre de l’acide folique pendant au moins trois mois avant la conception, a dit le docteur Walker, le chef de l’obstétrique et de la gynécologie à l’Hôpital d’Ottawa. Je pense que c’est sûr et efficace de prendre 0,4 à 1 mg d’acide folique dans une multivitamine pendant toute la grossesse. Cependant, les femmes à risque de pré-éclampsie n’ont aucun avantage à prendre une forte dose d’acide folique.»

+

Le docteur Mark Walker de l’Université d’Ottawa

+

La pré-éclampsie est un problème causé par une tension artérielle élevée résultant d’une grossesse. C’est la deuxième cause de mortalité maternelle au Canada après la formation de caillots veineux dans les poumons. Chaque année, environ 78 000 femmes dans le monde meurent de cette maladie.

Après la naissance prématurée, la pré-éclampsie est également la deuxième cause de mortalité périnatale au Canada. «C’est donc un facteur important de décès et de mortalité néonatale», a déclaré le docteur Walker.

«Dans la majorité des cas, nous devons accoucher pour sauver la vie de la mère, a-t-il déclaré. Si c’est à 37 semaines, ce n’est pas un problème. Mais si c’est à 26 ou 28 semaines, c’est un gros problème.»

Le docteur Walker ajoute que des études d’observation précédentes, menées par son équipe et d’autres groupes de recherche du monde entier, avaient conclu que la prise de quatre milligrammes d’acide folique par jour pendant la grossesse réduirait l’incidence de la pré-éclampsie d’environ 30 %.

Mais les scientifiques d’Ottawa ont voulu mettre cette notion à l’épreuve avec un vaste essai contrôlé randomisé, le type d’étude considéré comme l’étalon-or de la recherche médicale.

L’étude menée entre 2011 et 2016 a recruté environ 2300 femmes enceintes à risque de pré-éclampsie, inscrites dans 70 centres répartis dans cinq pays: le Canada, le Royaume-Uni, l’Australie, la Jamaïque et l’Argentine.

La moitié des femmes ont été assignées au hasard à prendre quatre milligrammes supplémentaires d’acide folique par jour, tandis que l’autre moitié a reçu une pilule placebo.

«Ce que nous avions supposé et anticipé, c’était que la forte dose d’acide folique réduirait de 30 % l’incidence de la pré-éclampsie, a expliqué le docteur Walker. Cependant, nous avons trouvé qu’il n’y avait absolument aucune différence entre le groupe traité avec de fortes doses d’acide folique et le placebo. Les deux groupes avaient un taux de pré-éclampsie d’environ 14 %.»

Le docteur Walker croit que les résultats de l’étude, publiés mercredi dans le BMJ, vont «absolument» changer les pratiques standard dans le monde entier.

Les médecins demandent souvent aux femmes enceintes à risque de pré-éclampsie à prendre de l’aspirine à faible dose. Mais cette stratégie n’est pas infaillible non plus - des études ont montré que le médicament ne réduit l’incidence de la maladie que d’environ 10 à 20 %.

Dans un éditorial, des spécialistes britanniques affirment que les conclusions du Canada «sont une autre déception dans la longue recherche d’une mesure plus efficace pour prévenir la pré-éclampsie».

«Toutes les femmes enceintes et leurs familles espèrent une grossesse en santé et une issue heureuse. Jusqu’à ce que nous trouvions des moyens supplémentaires de prévenir la pré-éclampsie, des milliers de femmes n’atteindront pas cet objectif chaque année, écrivent Jenny Myers de l’Université de Manchester; Marcus Green, le directeur général du groupe Action sur la pré-éclampsie; et Lucy Chappell, une professeure de recherche en obstétrique du King’s College de Londres.

L’étape suivante pour l’équipe du docteur Walker consiste à suivre les enfants nés de participantes à l’étude jusqu’à l’âge de six ans pour évaluer leur développement neurologique et comportemental, pour voir s’ils ont tiré un bénéfice de l’exposition maternelle à l’acide folique.

Mais à plus long terme, les chercheurs espèrent déterminer quelle intervention pourrait prévenir la pré-éclampsie, qui, même sans complications sévères, peut entraîner une hospitalisation pendant la grossesse et un accouchement prématuré par induction ou par césarienne.

«Nous prévoyons plusieurs essais supplémentaires et nous ne nous reposerons pas avant d’avoir répondu à cette question», a assuré le docteur Walker.