Actuellement, un transporteur public ne peut pas interdire à ses usagers de vapoter dans ses véhicules.

La vapoteuse bientôt interdite dans les autobus

Le Réseau de transport de la Capitale (RTC) compte interdire «d'ici quelques semaines» la cigarette électronique dans ses autobus. À Montréal, l'administration Coderre a approuvé mercredi un règlement contre le vapotage dans les véhicules de la Société de transport de Montréal (STM).
Actuellement, un transporteur public ne peut pas interdire à ses usagers de vapoter dans ses véhicules ou bâtiments en vertu de la Loi sur le tabac qui n'a pas encore de clause sur cette cigarette nouveau genre.
«La loi ne permet pas de l'interdire», a indiqué la porte-parole du RTC, Julie Drolet.
La société de transport en commun se tournera donc vers son règlement 231 sur les normes de sécurité et le comportement des clients du RTC.
La direction du RTC recommandera au conseil d'administration, vraisemblablement lors de la séance de février ou mars, de modifier le règlement afin d'y inclure l'interdiction d'utiliser une cigarette électronique tant dans les autobus que les abribus et les bâtiments du RTC.
«C'est une question de bien-être des clients à bord du bus», a expliqué Mme Drolet en invoquant notamment les odeurs émanant de la vapeur de ces clopes sans tabac.
Dans la métropole, le règlement, qui reste à être entériné par le conseil d'agglomération de Montréal, prévoit une amende de 50 $ dans les stations de métro et dans les véhicules de la STM.
Le Conseil québécois sur le tabac et la santé applaudit la décision. «C'est une bonne décision parce que la question de la cigarette électronique est loin d'être tranchée. Le fait que ça se retrouve dans un lieu public, ça peut incommoder des gens. C'est la meilleure décision qu'ils pouvaient prendre», a commenté à La Presse le directeur général de l'organisation, Mario Bujold.
Avec La Presse