Plusieurs internautes ont déplorés, sur Facebook, avoir reçu par la poste de la Société de recherche sur le cancer une volumineuse trousse de sollicitation.

La trousse de sollicitation de la Société de recherche sur le cancer critiquée

Plusieurs personnes ont crié au gaspillage sur les réseaux sociaux après avoir reçu par la poste de la Société de recherche sur le cancer une volumineuse trousse de sollicitation comprenant plusieurs cadeaux comme un stylo, un bloc-notes et même... une calculatrice électronique fabriquée en Chine!
«Scandale: mon chum reçoit une enveloppe volumineuse de la Société de recherche sur le cancer. Voici ce qu'il y a à l'intérieur, voici à quoi nos dons servent!! Pas pour de la recherche, non, pour t'envoyer des bébelles. Ça va faire, le gaspillage d'argent!» écrivait cette semaine Sarah sur Facebook.
Marie Bouillé ne décolérait pas elle non plus sur le réseau social. «Vous venez de m'envoyer une enveloppe qui contient plusieurs documents et items, dont un calepin mémo, un stylo et une immense calculatrice. À quoi avez-vous pensé? Si mon don sert à cela, c'est absolument révoltant. Sous votre logo, il est écrit "100 % recherche depuis 1945". Plus jamais», écrit-elle.
Martin Fecteau, de Thetford Mines, considérait lui aussi la dépense un peu exagérée. «Bon, O.K., je sais que pour que ça rapporte, il faut investir... Par contre, je crois qu'il y a ici un petit abus de dépenses inutiles pour solliciter mon don à la Société de recherche sur le cancer... Pas des jokes, il y avait tout cela dans l'enveloppe reçue...», indique-t-il avec une photo de la trousse en question.
Comme plusieurs autres, Martin Fecteau écrivait également qu'il avait l'intention de retourner la trousse à la Société de recherche sur le cancer. D'autres ont simplement avisé l'organisme qu'ils l'avaient dorénavant rayé de leur liste de dons. Denys Comeau est de ceux-là, fâché d'avoir reçu une «enveloppe remplie de gugusses made in China
Pas d'inquiétude
Du côté de la Société de recherche sur le cancer, la directrice des communications et du marketing, Carolyne Lord, semblait ne pas trop s'inquiéter des nombreuses réactions négatives reçues par l'entremise d'Internet.
«On sait que sur les médias sociaux, il est très rare qu'on reçoive des commentaires positifs. On sait que ça ne plaît pas à tout le monde, mais moi, ce qui m'importe, c'est que les lettres continuent de rentrer avec des dons. Il y a aussi beaucoup de gens qui nous contactent par téléphone pour nous remercier de notre généreux cadeau», indique-t-elle, refusant de qualifier d'erreur l'inclusion de cette trousse dans la campagne de sollicitation.
«Si ce n'était pas profitable, nous ne le ferions tout simplement pas!» a-t-elle déclaré, indiquant qu'il est de plus en plus difficile de solliciter les gens à donner. «Nous, ce qu'on regarde avec une trousse comme celle-là, c'est le coût de retour. Nous avons des ententes avec Postes Canada pour nous aider et chaque envoi ne nous coûte que quelques dollars», a-t-elle ajouté.
Interrogée concernant le coût de chacune des dizaines de milliers de trousses expédiées aux Canadiens, Mme Lord a d'abord indiqué que c'était moins de 5 $, pour ensuite préciser que c'était davantage de l'ordre d'un ou deux dollars. «Cette année, c'est la première fois que nous donnons une calculatrice. Ça frappe l'imagination, mais ça ne coûte pas cher à produire.»
30 % du budget
Vérification faite dans le dernier rapport annuel de la Société de recherche sur le cancer, des quelque 22 millions $ dépensés par l'organisme en 2016, un peu plus de 14 millions $ (64 %) ont servi à financer la recherche, 1,5 million $ (7 %) en frais d'administration et 6 263 000 $ pour financer les coûts des campagnes de sollicitation, soit près de 30 % du budget de dépenses. Les pourcentages étaient les mêmes pour l'année 2015.
Carolyne Lord ajoute également que son organisme adhère à la certification Imagine Canada, qui se penche sur l'administration, la gouvernance et la gestion de la main-d'oeuvre des organismes sans but lucratif.
«Il faut aussi regarder l'impact que nous avons dans la société. Depuis l'an 2000, nous avons distribué plus de 165 millions $ en bourses à des chercheurs», a-t-elle ajouté, avouant cependant que c'était la première année que son organisme recevait autant de commentaires négatifs après sa campagne de sollicitation.
Nouvelles initiatives
«Nous essayons de nouvelles initiatives chaque année. La calculatrice, c'est la première fois qu'on en incluait une dans la trousse et ce n'est pas un échec, c'est une réussite. Même si certains protestent. Je crois que c'est dans la nature de 2017 que les gens se plaignent sur Facebook et sur Twitter», signale Carolyne Lord.
La porte-parole de la Société de la recherche sur le cancer termine en indiquant que son organisme effectuera bientôt une percée dans le monde numérique. «Nous lancerons une campagne de sollicitation numérique dans les prochaines semaines, mais nous n'abandonnerons pas la sollicitation postale pour autant parce qu'on ne peut rejoindre tout le monde par Internet.»