La loi québécoise antitabac n'a pas été revue  depuis 10 ans.

La révision de la loi antitabac annoncée ce matin

Le gouvernement Couillard annonce ce matin qu'il dépose une loi attendue avec impatience dans les milieux de la santé, la révision de la législation sur le tabac.
La proposition que pilote la ministre Lucie Charlebois apparaîtra au feuilleton de l'Assemblée nationale. Les parlementaires en seront saisis la semaine prochaine, probablement mardi.
La loi, controversée à l'origine, en 1998, n'a pas été revue depuis 10ans. Le ministre libéral de la Santé Yves Bolduc, puis son successeur péquiste Réjean Hébert, n'ont pas amené le dossier devant les élus bien que son réexamen doit se faire tous les cinq ans.
C'est Philippe Couillard, alors titulaire de la Santé dans le gouvernement de Jean Charest, qui a conduit le dernier exercice. Les éléments de la révision ne peuvent être divulgués avant le dépôt en Chambre.
Cigarette électronique
Par contre, tout indique que la ministre déléguée à la Santé publique mettra de l'avant des dispositions sur un phénomène qui a émergé depuis 2005, la cigarette électronique. Mercredi, en commission parlementaire sur l'étude des crédits de son ministère, Mme Charlebois a promis une «surprise» au critique François Paradis, de la Coalition avenir Québec.
M. Paradis l'interrogeait sur la cigarette électronique. «Cela fait partie de mes réflexions», s'est-il fait répondre. Mme Charlebois a laissé entendre qu'elle se préoccupe à la fois de ceux qui s'en servent pour briser leur dépendance à la cigarette et des jeunes pour qui cela pourrait être une habitude les amenant à fumer du tabac. La «e-cigarette» est d'ailleurs un des rares sujets qui divise les tenants de la lutte contre le tabagisme.
La refonte pourrait être l'occasion pour Québec de se mettre à niveau avec d'autres provinces canadiennes dans les mesures antitabac. Le gouvernement se penchera sûrement sur la possibilité d'interdire de fumer dans les véhicules automobiles en présence de jeunes enfants.
Autre sujet qui sera fort probablement abordé, l'interdiction des produits aromatisés du tabac. Les groupes de pression en campagne contre les fabricants de cigarettes exercent des pressions à ce sujet depuis quelques années. Ils pressent aussi le gouvernement pour que l'industrie ne puisse vendre ses produits que dans des emballages neutres.
Selon diverses études, l'usage du tabac coûte au Québec 4milliards$ annuellement. Les experts en santé soutiennent que 10000Québécois meurent des conséquences du tabagisme chaque année.