Le Bora Parc est encore en période de rodage. Il faut maintenant voir comment se comportera la clientèle dans les mois à venir.

Incommodations au Bora Parc: des filtres empoussiérés en cause

L'accumulation de résidus de poussières dans un filtre de ventilation assurant l'évacuation de l'air serait à l'origine du fait que des clients et employés du parc aquatique intérieur Bora Parc du Village Vacances Valcartier aient été incommodés par des vapeurs de chlore le 5 janvier.
Mise au fait de la situation par un employé, la Commission des normes, de l'éthique, de la santé et de la sécurité du travail (CNESST) est intervenue et la direction du parc a immédiatement réagi pour remédier à la situation. «Une trentaine de travailleurs ont été incommodés par une forte odeur de chlore. On parle d'irritation oculaire, de toux et de maux de coeur. L'employeur a toutefois pris les choses en charge et s'est mis en action rapidement pour corriger la situation. Nous allons visiter les lieux dans les prochains jours afin de vérifier l'efficacité des moyens pris pour éviter que la situation ne se reproduise», a expliqué jeudi Nicole Roy, porte-parole de la CNESST.
Quant à Mathieu Drouin, vice-président à la commercialisation et à l'expérience client du Bora Parc, il a affirmé au Soleil que c'est l'obstruction d'un filtre qui aurait causé la situation. 
«Ces filtres durent normalement trois mois et ça faisait seulement un mois qu'il avait été installé. Cependant, on a constaté qu'il s'était bouché prématurément suite à l'accumulation de poussière. De plus, comme il faisait - 23 °C dehors ce soir-là et que l'air à l'intérieur est chaud et humide, de la condensation se serait formée, contribuant à la situation», a-t-il indiqué en entrevue avec Le Soleil
Le filtre a été remplacé, les mélanges d'air ont été calibrés pour éviter la condensation et la situation aurait été réglée avant l'ouverture le 6 janvier, selon M. Drouin, qui assure qu'aucun problème n'a été noté depuis. «Pour nous, la sécurité n'a pas de prix, alors on a décidé de faire réaliser des tests de qualité de l'air qui ne se font qu'aux États-Unis pour aller plus loin que les normes québécoises», a-t-il quand même précisé, indiquant que les résultats de ces analyses seraient connus la semaine prochaine.