Des maquettes grandeur nature de chambres ont été construites dans des locaux désaffectés et des soignants ont fait semblant d'y donner des soins afin de s'assurer que les futurs équipements répondraient vraiment aux besoins des patients.

Futur mégahôpital: un dossier bien géré qui progresse, montre le CHUQ

Le Centre hospitalier universitaire de Québec veut montrer que le dossier du futur mégahôpital de 2,1 milliards $, qui poussera sur le site de l'Enfant-Jésus, progresse et est bien géré.
On avait donc convoqué la presse mercredi après-midi pour expliquer qu'une toute nouvelle approche de planification des travaux a été adoptée. La direction implique maintenant les employés pour que les futurs locaux répondent vraiment aux besoins des équipes qui donnent les soins aux patients. Et aux besoins des malades.
Ce n'était pas le cas avant? On ne questionnait pas les employés avant de faire des plans de construction? s'est étonné Le Soleil. Il y avait des consultations, mais avec les chefs d'équipe, répond le directeur du projet, Luc Gagnon. Et cette consultation était beaucoup moins poussée, ajoute l'architecte Caroline Gagnon. Cette fois, même des patients ont été écoutés.
Dans les locaux désaffectés de l'ancienne école Saint-Louis-de-Gonzague, on a donc fabriqué des maquettes grandeur nature, des murs en styromousse, de faux lavabos, de faux bureaux, de faux appareils médicaux. Et on a demandé à des soignants de venir y faire semblant de donner des soins. Si le patient a besoin d'être lavé, s'il doit être soulevé, transféré de civière, s'il veut aller à la salle d'eau en fauteuil roulant, voire s'il faut le réanimer... Est-ce que les équipements entrent dans la chambre?  Est-ce que les proches du malade ont une place? Est-ce que la jambe dans le plâtre du patient sur le fauteuil roulant accroche le cadre de porte?
Ces tests et discussions ont duré environ six mois; quelques centaines de travailleurs y auraient participé. Ils permettront d'accélérer la production des plans et de réduire les retouches par la suite, escompte la direction.
Les travaux sont toujours annoncés pour la fin de l'été prochain. Ils dureront jusqu'en 2025.
Comité de voisinage
Par ailleurs, huit ou neuf citoyens du secteur de l'Enfant-Jésus auraient posé leur candidature pour participer à un comité de voisinage qui évaluera les impacts des travaux. Une première rencontre pourrait avoir lieu d'ici la fin du mois.