La direction de l'hôpital l'Enfant-Jésus a fait savoir par voie de communiqué que l'état de santé de Mme Carrier est stable et qu'elle est traitée pour «quelques blessures traumatologiques».

Futur CHU de Québec: la gratuité des chambres «est là pour rester»

Faudra-t-il payer pour être hospitalisé après l'agrandissement de l'Hôpital de l'Enfant-Jésus, où il n'y aura que des chambres à un lit et à deux lits? Le ministère de la Santé et des Services sociaux assure que non, tout en voulant conserver les revenus annuels de 60 millions $ provenant des frais imposés aux patients pour une chambre à un lit ou à deux lits.
«L'hospitalisation gratuite est là pour rester. Le futur CHU de Québec ne sera pas un hôpital réservé à l'élite. Ce n'est absolument pas ça qu'on veut. Ce n'est pas la philosophie de notre réseau de santé. Il n'y aura pas de frais pour les gens qui feront la demande d'être hospitalisés de façon gratuite», a commenté, mardi, le porte-parole du ministère de la Santé, Pierre Lafleur.
Les modalités de la nouvelle politique restent toutefois à préciser. Un comité a été mis en place pour revoir les conditions de paiement des frais de chambres à un lit et à deux lits. Le Ministère mise sur les couvertures d'assurances privées qui remboursent le coût des chambres à un lit et à deux lits dans les hôpitaux pour conserver les revenus de 60 millions $.
«Les modalités restent à être regardées par le comité pour s'assurer comment on va procéder. Il est un peu tôt dans la démarche. On va être confronté pour la première fois à ce genre de questionnement avec l'ouverture du centre hospitalier universitaire McGill en 2015. Les gens seront consultés. Il faut laisser au comité le temps de faire son travail», a ajouté M. Lafleur.
Dans le reportage de l'émission La facture à Radio-Canada, le sous-ministre Michel Fontaine a indiqué que le Ministère envisage de modifier la tarification pour une chambre individuelle en fonction des revenus des patients à l'avenir.
Québec solidaire a dénoncé la possibilité que le gouvernement mette fin à la gratuité des chambres aux futurs centres hospitaliers universitaires McGill et de Montréal. Son porte-parole Amir Khadir y voit une nouvelle porte à la privatisation des services de santé au Québec.