Endettement et surconsommation: les dépressions plus nombreuses

Les médecins voient défiler dans leur cabinet de plus de gens avec des problèmes de santé causés par l'endettement, la surconsommation, le magasinage compulsif et les heures de travail accrues pour payer ces dépenses.
«Il y en a de plus en plus. La publicité est extrêmement bien organisée. Dans une semaine, je peux voir au moins quatre personnes qui ont un problème de magasinage compulsif. C'est de l'anxiété mal placée», a dit le Dr Jean Drouin, qui a présenté, mercredi soir, une conférence devant des membres de l'Association des femmes entrepreneures de Québec (AFEQ).
«Dans ma pratique, sur 100 personnes qui ont une dépression, facilement une trentaine, c'est dû à l'argent en trame de fond. Elles en manquent parce qu'elles veulent plus dépenser. Elles pensent ne pas avoir assez d'argent», a-t-il poursuivi.
Le Dr Drouin donne régulièrement des conférences sur différents sujets reliés à la santé. Il est chef du service de la planification des naissances au CHUQ et directeur de la clinique d'andropause de Québec. Le thème de la conférence devant l'AFEQ était : Entre l'ivresse et la raison : notre rapport avec l'argent est-il pathologique?
«Combien j'ai vu de gens qui se sont retrouvés avec des dépressions profondes, des troubles d'adaptation, obligés de prendre des médicaments en raison du magasinage compulsif jusqu'au jour où ils comprennent qu'ils vont magasiner pour combler un vide à l'intérieur de soi, qu'ils travaillent trop pour payer leurs dépenses et n'ont plus le temps de voir aller leur vie», a-t-il affirmé.
Ces problèmes de santé peuvent avoir des conséquences encore plus grandes. «Au moins deux de mes patients se sont suicidés pour des questions d'argent. Pourtant, ils n'avaient pas de problèmes majeurs. Il y a un homme qui s'est fait refuser un prêt pour sa maison et s'est suicidé», a confié le médecin. Il s'attend à ce que les dépressions passent au premier rang des maladies d'ici trois ou quatre ans selon les prévisions de l'Organisation mondiale de la santé, devançant les cancers et les maladies cardiovasculaires, en raison à l'importance accordée aux biens matériels.
Insomnie
Le premier symptôme qui amène les gens à consulter un médecin est la difficulté à trouver le sommeil. «Le manque de sommeil est un indice que ça ne va pas bien. C'est le premier avec l'argent. On n'est pas rendu en dépression profonde ou suicidaire. Quand le trouble de sommeil commence, c'est le début de la fin», a indiqué le Dr Drouin.
Faire le lien entre l'insomnie, des problèmes à l'estomac et la relation avec l'argent n'est pas simple pour un médecin. «Quand ces gens se présentent chez le médecin, ils ne disent pas que ce sont des problèmes d'argent qui causent leurs problèmes de santé. Avant de décoder que c'est la relation avec l'argent qui cause les problèmes, ça prend un certain temps. C'est difficile à évaluer. C'est tellement caché. Pour les gens, c'est plus facile de parler de sexe que d'argent», a raconté le médecin.
Le sommeil peut être perturbé par d'autres stimulis avec l'utilisation des textos, des boîtes vocales, Internet, Facebook, Twitter. «Le cerveau est toujours en train de travailler. Ça peut causer des problèmes de concentration. Le cerveau chauffe et on s'en va vers une léthargie agitée. Tranquillement, on coupe ses relations sociales, on fait moins d'exercice, sa libido fout le camp et le sommeil aussi.»
La première étape pour guérir est d'amener le patient à reconnaître qu'il a un problème avec l'argent, d'évaluer ses valeurs qui sont souvent d'origine familiale et de faire un temps d'arrêt. «Après, c'est de voir s'il accepte de faire quelque chose ou non. S'il n'est pas capable, j'essaie l'hypnose, des médecines naturelles. De temps en temps, ça va être des médicaments. Il y en a avec qui on n'est pas capable de faire autrement.»