Le ministère de la Santé dit s’être «mis en action» dès qu’il a constaté les délais que certaines Québécoises doivent subir avant d’avoir accès à une échographie des seins.

Échographie des seins: le ministère de la Santé défend son action

Le ministère de la Santé dit s’être «mis en action» dès qu’il a constaté les délais que certaines Québécoises doivent subir avant d’avoir accès à une échographie des seins.

Cette échographie survient après qu’une anomalie ait été détectée lors d’une mammographie. Le tout premier Bulletin national de performance en cancérologie, dont Le Soleil a fait état vendredi, soutient que dans certaines régions du Québec, des femmes doivent attendre entre 4 et plus de 13 semaines avant d’avoir leur rendez-vous. 

En tout, près de 30% des centres de dépistages du Québec dépassent le délai cible de 3 semaines entre l’appel et l’obtention d’un rendez-vous.

Une situation que dénonce la Coalition avenir Québec (CAQ). «C’est toujours inquiétant ces examens-là. La peur, la panique s’installe et c’est normal. Ces délais-là viennent gruger la qualité de vie des femmes qui sont en attente de savoir si elles ont le cancer», exprime la députée Lise Lavallée. 

Le ministère de la Santé se défend en soutenant qu’à l’été 2017, chacune des régions qui dépassait la cible de 3 semaines a dû mettre en place un plan d’action. «Les résultats de novembre 2017 indiquent une nette amélioration des délais par rapport à août 2017. Parmi les 29 centres qui dépassaient la cible, 14 ont redressé leur situation et 6 se rapprochent nettement de la cible», soutient Noémie Vanheuverzwijn, responsable des relations médias. 

Le ministère de la Santé (MSSS) dit poursuivre ses actions auprès des 9 autres centres. «Le MSSS entend faire un suivi serré auprès des régions qui présenteront des délais excédant les normes», ajoute Mme Vanheuverzwijn.