Les travaux du nouveau complexe hospitalier s’échelonneront jusqu’en 2025.

Des couleurs sous le thème des quatre éléments au nouveau complexe hospitalier

Terre, eau, air et feu. C’est ce concept qui guidera le choix de couleurs des différents pavillons du nouveau complexe hospitalier et qui facilitera «l’orientation intuitive» des patients, apprend-on dans un appel d’offres lancé cette semaine par le CHU de Québec.

Le concept et les couleurs imaginées pour le «mégahôpital» trancheront avec l’aspect généralement drabe de nos hôpitaux, à en croire cet appel d’offres pour des services professionnels en signalisation intérieure et extérieure. 

La terre, explique-t-on, sera «le fil conducteur» des pavillons existants de l’Hôpital de l’Enfant-Jésus (HEJ). «Les activités cliniques du HEJ sont les racines mêmes de la vocation hospitalière du site. Le HEJ est le terreau du passé santé du site, la pierre angulaire de son implantation», écrit le CHU de Québec, qui imagine les murs de ces pavillons d’un vert «champ d’herbe». 

«Nous concentrons nos efforts à naturaliser, agrandir, donner un nouveau souffle de vie aux espaces intérieurs existants, qui souffrent de peu de lumière et de plafonds bas. Des couleurs plus lumineuses de terre nature égailleront davantage ces lieux riches en histoire», précise l’établissement, inspiré.

L’élément «eau» sera attribué au pavillon F, celui des soins critiques. Avec ses 11 étages, il s’agira de la plus grande construction du site. «Cet élément illustre l’apaisement, la force vive de l’équipe médicale qui éteignent le feu de la criticité des patients», explique le CHU de Québec, qui imagine donc une couleur bleu aqua pour le bâtiment des soins critiques.

L’air sera quant à lui associé au Centre intégré de cancérologie (CIC). Cet élément représente, selon le CHU de Québec, «l’espoir et l’ouverture vers un horizon santé». «Subtil, léger, imperceptible et doux, l’air amène un brin d’espoir à une clientèle combattant la vie [sic]. Le Centre de cancérologie devient un lieu d’optimisme et de réconfort, et avec sa grande cour centrale, le poumon vert du projet», décrit l’établissement. Le CHU de Québec envisage les murs du CIC dans une teinte «vert-de-gris» contenue dans l’œuvre d’art qui sera installée dans la cour centrale extérieure. 

Enfin, le feu sera la ligne directrice du Centre de recherche (le pavillon L) parce qu’il incarne «la passion des chercheurs, l’énergie motrice qui les habite à trouver des solutions santé pour le futur», définit le CHU de Québec, qui privilégie pour ce pavillon des couleurs référant aux métaux comme le basalte, l’or, le cuivre ou l’argent. «La signalisation du Centre de recherche, dont la clientèle se compose majoritairement de chercheurs et de peu de visiteurs, se veut plus discrète comparativement aux autres pavillons», mentionne l’établissement. 

Pour le pavillon D, qui abritera «la grande cafétéria et son jardin nourricier», le CHU de Québec imagine la couleur d’un fruit orangé. Cet endroit représente «un passage obligé et un lieu de régénération pour quiconque désire un peu de répit», explique l’établissement. «Le jardin de l’orme tout près révèle l’un des plus vieux et rares arbres de la ville : l’orme. La maladie de l’orme ayant emporté la majorité de cette espèce […], détenir ce dernier s’avère presque un miracle. Cet arbre devient un signe d’espoir et de guérison», ajoute-t-il.

Conception «évolutive»

Le CHU de Québec mentionne que la conception des couleurs et des thématiques est présentée dans son document à titre «informatif» et qu’elle est «évolutive», l’objectif étant «d’influencer la conception de la signalisation au point de vue des choix de graphisme». 

Le chantier du nouveau complexe hospitalier de 2 milliards $ prendra de l’ampleur à partir de l’hiver alors que la phase 2 du projet sera lancée. La phase 1 du projet, qui comprend la centrale énergétique, le CIC et le stationnement, est complétée à environ 60 %, apprenait-on en septembre. Dès l’an prochain, des patients devraient être accueillis dans le nouveau CIC, même si les travaux seront au plus fort juste à côté.

La seconde phase, qui comprend la construction du bâtiment des soins critiques, devrait débuter en janvier et être complétée pour 2023. L’ensemble des travaux, incluant le réaménagement de l’Hôpital de l’Enfant-Jésus, s’échelonneront jusqu’en 2025. 

+

LE NOUVEAU COMPLEXE HOSPITALIER EN BREF

  • Transfert de l’Hôtel-Dieu de Québec vers l’Hôpital de l’Enfant-Jésus
  • Budget global de 1,97 milliard $
  • Superficie brute totale: 263 915 mètres carrés (excluant la superficie des bâtiments à démolir)
  • Trois grands pôles d’activité : Centre intégré de cancérologie (CIC), pôle critique et pôle ambulatoire
  • Travaux qui s’échelonneront jusqu’en 2025 (CIC, radio-oncologie, hôtellerie, cyclotron et plateforme clinico-logistique en 2020, soins critiques en 2023 et réaménagement de l’Hôpital de l’Enfant-Jésus en 2025)
  • Regroupement de surspécialités sur un même site (traumatologie, neurologie, oncologie et néphrologie)
  • 700 lits et 30 salles de chirurgie au total
  • Capacité supplémentaire, annuellement: 5000 chirurgies, 40 000 visites en cliniques externes, 39 000 consultations en oncologie, 6000 traitements d’hémato-oncologie et 20 000 examens en imagerie médicale