Desjardins a réduit les déplacements d’affaires pour tous ses employés.

COVID-19: Desjardins instaure des mesures préventives

Les entreprises de Québec continuent d’adopter des mesures préventives pour éviter la propagation du coronavirus. Desjardins a entre autres réduit les déplacements d’affaires pour tous ses employés.

«Il y a une restriction des déplacements d’affaires, les zones à risque sont interdites. On privilégie les rencontres virtuelles, et pas de transports en commun, bus ou train, pour les voyages entre Québec et Montréal», explique Jean-Benoît Turcotti, porte-parole chez Desjardins.

Le télétravail est aussi obligatoire pour tous les employés qui reviennent d’une zone à risque et qui auraient pu être en contact avec des personnes infectées. Les employés doivent rester à la maison pendant 14 jours avant de retourner dans les bureaux. 

Ces deux mesures sont en place depuis le 6 mars.

«Ce sont des mesures pour protéger nos membres, clients et employés. On agit en entreprise responsable. Ce sont des mesures de précaution. On surveille aussi attentivement les informations de la Direction de la santé publique», ajoute Jean-Benoît Turcotti.

Cellule de veille 

À l’Université Laval, une cellule de veille a été mise en place. Elle s’assure entre autres d’entretenir le lien avec les autorités compétentes telles que le gouvernement du Canada et la Direction de santé publique du Québec.

Tous les séjours universitaires des étudiants de 1er cycle prévus en Italie, Chine, Iran et Corée du Sud sont suspendus jusqu’à nouvel ordre. Il s’agit des régions pour lesquelles le gouvernement canadien a émis un avis d’éviter tout voyage non essentiel.

Un isolement volontaire de 14 jours est exigé pour tous les étudiants et membres du personnel revenant d’un voyage dans une des zones à risque, comme demandé par l’Agence de santé publique du Canada.

Une page dédiée à la COVID-19 est souvent mise à jour sur le site Web de l’université. Plusieurs recommandations y sont inscrites, ainsi que divers conseils. 

Du côté des organisations gouvernementales telles que la Société de l’assurance automobile du Québec (SAAQ), elles suivent les directives du secrétariat du Conseil du trésor. 

«Déjà, comme société, le niveau des mesures d’hygiène a été augmenté à l’interne. Les employés ont eu des rappels et de l’information concernant les techniques de lavage de main, par exemple. Sinon, on suit la situation de près», note une relationniste de la SAAQ, Sophie Roy.