Medicago est une firme pharmaceutique de Québec qui se spécialise dans les vaccins à base de plantes.
Medicago est une firme pharmaceutique de Québec qui se spécialise dans les vaccins à base de plantes.

Candidat vaccin: premiers résultats prometteurs chez Medicago

L’entreprise de Québec Medicago a annoncé jeudi que les premiers essais de son «candidat vaccin» contre la COVID-19 avaient donné des résultats intéressants : après une dizaine de jour, les souris vaccinées se sont mises à produire des anticorps, ce qui pourrait ouvrir la porte à des essais cliniques sur l’humain dès cet été.

Ces souris n’ont reçu qu’une seule «dose» du vaccin, et l’entreprise attendra les résultats d’un «rappel» avant d’entamer les démarches pour tester son vaccin sur des sujets humains, mais «nous sommes très encouragés par ces premiers résultats», a indiqué la vice-présidente exécutive aux affaires scientifiques et médicales de Medicago, Nathalie Landry, par voie de communiqué.

Si tout se déroule comme prévu, la compagnie laisse entrevoir la possibilité d’avoir «des millions de doses (…) disponibles selon les besoins d’ici la fin de l’année» — mais soulignons que tout ne se passe pas toujours comme prévu en recherche médicale, même après des résultats initiaux prometteurs.

Le candidat-vaccin de Medicago n’est pas un virus désactivé, mais plutôt des «bouts» de virus, ou des «particules pseudo-virales», comme elle les appelle. Dans le cas de cet éventuel vaccin contre COVID-19, il s’agit d’une protéine qui se trouve à la surface du virus, qui est présentée dans une double couche de lipides (comme on en trouve sur les virus dits «enveloppés» tels que les coronavirus).

L’entreprise produit ces particules pseudo-virales sur une «plateforme végétale», c’est-à-dire qu’elle cultive des plantes qu’elle est capable de «manipuler» afin de leur faire produire les molécules voulues.  Les feuilles sont ensuite récoltées, puis les vaccins extraits et purifiés.

Rappelons que trois phases d’essais cliniques doivent être franchies avec succès avant qu’un produit (vaccin ou médicament) soit mis en marché afin de s’assurer qu’il est à la fois sécuritaire (phase 1) et efficace (phases 2 et 3). Le tout prend typiquement plusieurs années mais, compte tenu de l’urgence, il est possible que des «voies rapides» soient accordées par les autorités sanitaires.