«On est prêt à renégocier l'entente générale sur la rémunération tout en sachant que le gouvernement va demander un report ou un étalement des augmentations prévues cette année et l'an prochain», a indiqué, hier, au Soleil, le président de la Fédération des médecins omnipraticiens du Québec (FMOQ), le Dr Louis Godin

Budget Marceau: les médecins de famille prêts à négocier

Les médecins de famille sont d'accord pour négocier un report des augmentations de leur rémunération pour les deux prochaines années et permettre au gouvernement québécois de sortir d'une situation financière difficile.
«On est prêt à renégocier l'entente générale sur la rémunération tout en sachant que le gouvernement va demander un report ou un étalement des augmentations prévues cette année et l'an prochain», a indiqué, jeudi, au Soleil, le président de la Fédération des médecins omnipraticiens du Québec (FMOQ), le Dr Louis Godin, en réaction à la demande du ministre des Finances, Nicolas Marceau.
Le Dr Godin a rappelé que son organisme avait fait l'an dernier une première proposition de reporter les augmentations prévues. Le ministre des Finances s'attendait d'atteindre le déficit zéro sans devoir demander une réouverture des ententes avec les médecins. Or, cette prévision s'est révélée fausse avec un déficit de 2,5 milliards $ pour l'année financière qui se terminera le 31 mars prochain.
«On était d'accord pour renoncer à un montant cette année et l'an prochain. On ne parlait pas de 5 millions $. On parlait de plusieurs dizaines de millions de dollars. Notre proposition répondait à la demande du gouvernement. Elle n'a pas été retenue. Aujourd'hui, on nous demande de le regarder dans le cadre d'un renouvellement général de l'entente sur la rémunération, de façon plus précoce. On va regarder ce qu'on est capable de faire», a affirmé le Dr Godin. Par ailleurs, il a déploré que l'on tente de faire porter en partie aux médecins le poids des difficultés budgétaires du gouvernement. «C'est poussé un peu fort. La rémunération des médecins est méritée et elle correspond à la moyenne de ce qui s'investit en santé par rapport à ce qu'on investit dans d'autres secteurs en santé. Les augmentations données aux médecins étaient justifiées», a-t-il soutenu.
La rémunération globale des médecins a progressé de 67 % en cinq ans, soit une moyenne de 8,9 % par année, pour atteindre 6,6 milliards $ en 2013-2014.
Des discussions seront entreprises pour convenir d'une nouvelle entente à long terme. Le ministre des Finances a refusé de quantifier les économies escomptées, mais a indiqué qu'elles seraient réinvesties en santé.