Le ministre de l'Éducation, Yves Bolduc.

Bolduc demande une vérification «rapide» de sa rémunération

Le ministre de l'Éducation, Yves Bolduc, demande à la RAMQ d'éclaircir de manière «exceptionnellement rapide» le dossier de sa rémunération médicale.
Lundi, la Régie de l'assurance maladie du Québec (RAMQ) a révélé qu'elle entend recouvrer cet automne des sommes auprès d'une vingtaine d'omnipraticiens. Les réclamations sont en lien avec l'entente qui a permis au Dr Bolduc d'empocher 215 000 $ pour la prise en charge de 1500 patients, en 2012. Une somme qui s'est ajoutée à sa rémunération à l'acte et à son salaire de député.
Le ministre a pris la balle au bond et écrit directement au président de la Régie, Jacques Cotton. Il lui demande de «faire le nécessaire» pour que sa situation, «en lien avec ma rémunération, [soit] régularisée». 
«Bien au fait que cette procédure s'étend normalement sur plusieurs mois, je vous saurais gré de bien vouloir répondre à ma demande avec diligence», presse le ministre. Il s'engage à rendre publiques les conclusions et à «procéder aux ajustements qui pourraient être requis».
Dans une lettre au premier ministre, le père de l'assurance maladie, Claude Castonguay, a réclamé la démission du ministre Bolduc. Selon lui, le ministre «a donné le pire des exemples en se servant à deux mains dans notre pauvre assiette au beurre». À travers son député Éric Caire, la Coalition avenir Québec a demandé à son tour la tête du ministre, lundi.
Le bureau du premier ministre Philippe Couillard, qui a déjà qualifié l'affaire de «grosse tempête dans un petit verre d'eau», n'a pas voulu commenter la lettre de M. Castonguay.
Plus tôt en journée, la RAMQ a expliqué son intention de récupérer des montants auprès d'une vingtaine de médecins. «On termine notre analyse des dossiers en prévision des premiers recouvrements qui vont avoir lieu dès cet automne, a indiqué Marc Lortie, porte-parole à la RAMQ. [...] C'est sûr qu'on exerce un contrôle, une surveillance serrée relativement à cette entente et à son application.»
La lettre d'entente qui permettait aux médecins omnipraticiens de réclamer entre 100 $ et 208 $ par nouveau patient prévoit des cas de remboursement. Si, au cours des 12 mois suivant l'inscription, le médecin change sa pratique, déménage ou qu'il y a incompatibilité avec le patient, la RAMQ peut réclamer 50 % de l'incitatif.
À l'émission Dutrizac, lundi, l'actuel ministre de la Santé, Gaétan Barrette, a convenu que l'entente est «critiquable». «Ça donne une drôle d'apparence», a-t-il indiqué, assurant que la règle serait revue par la commission de révision des programmes. «C'est un incitatif à l'inscription en espérant que l'inscription va se traduire dans une visite chez le médecin, a analysé M. Barrette. Ce n'est pas nécessairement ce qu'on a vu à l'expérience.» 
Il a par ailleurs noté qu'il aurait «probablement» fait comme son collègue s'il avait été dans la même situation.