Pour trouver une relève au médecin de l'île, une «opération séduction version 2017» a été lancée à L'Isle-aux-Coudres, notamment par l'entremise des réseaux sociaux.

Barrette intervient pour remplacer un médecin à L'Isle-aux-Coudres

Le ministre de la Santé, Gaétan Barrette, est intervenu auprès du CIUSSS de la Capitale-Nationale mardi pour éviter que les résidents de L'Isle-aux-Coudres se retrouvent sans médecin de famille dès le mois prochain, alors que le médecin en poste prendra sa retraite après 20 ans de service.
Une «opération séduction version 2017» a été lancée à L'Isle-aux-Coudres, notamment par l'entremise des réseaux sociaux. On cherche une relève pour le médecin de l'île, qui prendra sa retraite le 17 juin et dont la clientèle est déjà «très bien établie», peut-on lire dans un message relayé sur Facebook.
«Le médecin sera épaulé par les infirmières du CLSC de L'Isle-aux-Coudres, par le service ambulancier disponible en permanence ainsi que par la pharmacie», est-il précisé dans le message, avant de vanter la qualité de vie à L'Isle-aux-Coudres, située à une heure de Québec.
En marge d'une conférence de presse, mardi matin, le ministre Barrette a indiqué que le CIUSSS avait déjà pris contact avec «au moins un médecin, potentiellement deux», qui viendrait s'installer à L'Isle-aux-Coudres d'ici un an. 
«J'ai demandé au CIUSSS de demander au médecin qui s'en va d'avoir la générosité de retarder un peu sa retraite pour faire le pont entre maintenant et l'arrivée de potentiellement deux médecins», a dit le ministre Barrette.
Rien dans les règles actuelles n'empêche un médecin de choisir de s'installer à L'Isle-aux-Coudres, a-t-il assuré. «Notre gouvernement a changé les règles. [...] Aujourd'hui, on a la capacité de dire aux jeunes ou aux retours de région» d'aller là où il y a des besoins, à L'Isle-aux-Coudres ou à Baie-Saint-Paul, par exemple, a souligné le ministre.
L'attrait des GMF
Selon lui, la «problématique» de L'Isle-aux-Coudres est liée au profil de pratique qui intéresse aujourd'hui les jeunes médecins. «Ce qu'ils souhaitent, c'est pratiquer en GMF [groupe de médecine familiale]. [...] Les médecins peuvent encore choisir le profil de médecin de campagne, mais ce n'est plus le modèle privilégié par la nouvelle génération», a souligné le ministre.
Pour lui, «l'enjeu, c'est d'avoir une distribution de GMF adéquate», donc d'avoir, dans le territoire de Charlevoix, par exemple, «la masse appropriée de médecins qui ont la responsabilité et l'obligation de desservir adéquatement L'Isle-aux-Coudres».