Barrette inondé de messages pour sauver SABSA

Le compte Twitter, le courriel et le téléphone du ministre de la Santé, Gaétan Barrette, ont été inondés de messages l'invitant à revenir sur sa décision de ne pas appuyer la coopérative sans médecin SABSA, mercredi.
L'appel a été lancé par le blogue L'infirmier.ère radicaL.e. Toute la journée, le ministre Barrette a été interpellé pour qu'il change d'avis sur SABSA, un modèle qui a fait ses preuves et qui répond à des besoins, a-t-on notamment signalé sur Twitter.
Le ministre n'a pas commenté directement cette initiative, se contentant de réitérer par la voie de son attachée de presse, Julie White, qu'il croyait à l'importance des infirmières praticiennes spécialisées (IPS) et au travail autonome des infirmières «mais en interdisciplinarité avec les autres professionnels de la santé». «Nous sommes toujours ouverts à ce que SABSA intègre le CLSC», a ajouté Julie White.
L'action de L'infirmier.ère radicaL.e s'inscrit dans une vaste mobilisation pour la sauvegarde de la coopérative du boulevard Charest, alors qu'une marche débutant au Concorde et prenant fin devant le parlement est prévue le 8 mai dès 14h. Une campagne de sociofinancement visant à recueillir 250 000 $ d'ici la fin du mois est également en cours sur la plateforme de La Ruche.
Faute d'appui de Québec, qui ne veut pas «financer un réseau parallèle», la clinique, qui suit 1500 patients, a été forcée vendredi de fermer son service sans rendez-vous et de refuser les nouveaux patients, sauf ceux atteints d'hépatite C. Le service de rendez-vous pour les patients déjà inscrits demeure toutefois ouvert.
«À la fin mai, si on a atteint notre objectif de financement avec La Ruche, on rouvrira le sans-rendez-vous et on acceptera de nouveaux patients pour encore un an», a précisé au Soleil la cofondatrice de SABSA, l'IPS Isabelle Têtu, précisant qu'un peu plus de 68 000 $ avaient jusqu'à maintenant été récoltés.